/news/currentevents
Navigation
zahra kazemi | assassinat

« C’est un pion sur l’échiquier »

Le fils de la photographe peu satisfait de l’arrestation du bourreau de sa mère

« C’est un pion sur l’échiquier »
Photo d’archives Stephan Kazemi aimerait réaliser une grande exposition des œuvres de sa mère à Montréal pour marquer le 10e anniversaire de sa mort.

Coup d'oeil sur cet article

L’arrestation surprise du principal bourreau de la photographe canado-iranienne Zahra Kazemi ne réjouit pas son fils, aujourd’hui âgé de 35 ans.

«C’est un pion [Saïd Mortazavi] sur l’échiquier. Ce n’est pas important», dit-il.

«On ne peut pas parler de justice en Iran quand un criminel est arrêté par un autre criminel.»

Stephan Kazemi vit à Montréal, il fait de la vidéo et a entrepris la rédaction d’un livre sur l’histoire de sa vie.

Depuis l’assassinat de sa mère dans une geôle iranienne­­ en juin 2003, M. Kazemi réclame justice.

Appel en Cour suprême

Le 16 août dernier, le Journal rapportait que la Cour d’appel du Québec avait cassé la décision de la Cour supérieure l’autorisant à poursuivre l’Iran, son Ayatollah et deux autres personnes depuis le Canada.

Stephan Kazemi réclamait alors 10 millions de dollars en tant que successeur de la photographe, et 7 millions en son nom pour tous les préjudices subis.

Le jeune homme a alors décidé de porter sa cause devant la Cour suprême.

Exposition

Pour le dixième anniversaire de la mort de sa mère, qu’il aime appeler Ziba de son nom iranien, Stephan Kazemi voudrait réaliser une rétrospective, à Montréal, de l’ensemble de son œuvre.

«Ma mère, ce qu’elle aurait voulu, c’est qu’on voit ses photos. J’ai fait deux ou trois expositions, mais ça fait longtemps», explique-t-il.

La dernière a eu lieu à Paris, en 2004.

«J’ai préparé un projet, il faut maintenant que je trouve du financement», dit-il.

  • En juin 2003, Zahra Kazemi a été arrêtée en Iran alors qu’elle photographiait une manifestation devant une prison de Téhéran.
  • Elle est morte deux semaines plus tard en prison après avoir été torturée et agressée sexuellement.
  • Son corps a été inhumé sur place malgré les vœux contraires de la famille de la défunte.
Zahra Kazemi
Victime
Commentaires