/lifestyle/family
Navigation
Vieillir avec grâce

Denise Bombardier offre un nouvel éclairage sur la beauté

Denise Bombardier offre un nouvel éclairage sur la beauté
Photo archives / Agence QMI Dans son nouvel ouvrage, Denise Bombardier se positionne avec sincérité sur l’art de vieillir en beauté et avec sérénité.

Coup d'oeil sur cet article

On peut s’étonner qu’une femme qui, de son propre aveu, n’a jamais été une fanatique du miroir nous propose un ouvrage sur la beauté. C’est pourtant le cas avec Denise Bombardier qui vient de lancer Vieillir avec grâce, un ouvrage qui est à la fois un guide et une réflexion bien personnelle sur cette grande thématique universelle qui prend toute la place dans une société où l’on est convaincu que la perfection est de ce monde.

On peut s’étonner qu’une femme qui, de son propre aveu, n’a jamais été une fanatique du miroir nous propose un ouvrage sur la beauté. C’est pourtant le cas avec Denise Bombardier qui vient de lancer Vieillir avec grâce, un ouvrage qui est à la fois un guide et une réflexion bien personnelle sur cette grande thématique universelle qui prend toute la place dans une société où l’on est convaincu que la perfection est de ce monde.

Cette réflexion est d’autant plus pertinente qu’elle s’appuie sur des données qui ont été colligées par le médecin Éric Dupont, un docteur en physiologie et en endocrinologie et un bonze de la recherche en médecine et en ­cosmétologie à qui l’on doit toute la gamme des produits IDC (Intégrale Dermo Correction).

«Je me suis assise devant une page blanche et je me suis rendu compte que j’avais bien des choses à dire sur le sujet. Il arrive un âge où on se regarde et où on s’impose des chirurgies invasives pour rester jeune et ça arrive de plus en plus tôt. Il y a des filles de 22 ans qui ne rêvent que de se faire refaire le nez, les seins et les fesses en se disant qu’elles étaient plus ­jolies à 20 ans», explique cette femme de tête qui a été une pionnière dans le domaine de l’information et qui a pavé la voie pour toutes les journalistes féminines au pays.

La beauté, un handicap ?

En effet, Mme Bombardier, qui est également une auteure reconnue ayant signé de nombreux ouvrages qui ont fait un tabac des deux côtés de l’Atlantique, a fait ses premières armes dans le monde des communications à une époque où la beauté était presque perçue comme un handicap pour les femmes qui voulaient d’abord être reconnues pour leur intelligence.

«À l’époque, écrit-elle dans la préface, on était préoccupé par le contenu, on se fichait de son apparence», des propos étonnants de la plume d’une femme qui ajoute, d’un même trait, que «la beauté, comme l’amour, demeure le grand rêve de l’humanité».

Lorsqu’on l’interroge pour ­savoir ce qui a bien pu la motiver à y aller d’une réflexion en profondeur sur cette beauté qu’elle a longtemps ignorée, elle nous répond : «Quand on vieillit, on ne peut pas s’empêcher de se ­demander comment on vieillit. Lorsque j’ai terminé la préface et que je l’ai relue, je me suis rendu compte que j’avais beaucoup de choses à dire sur le ­sujet».

La voix du gros bon sens

À travers cet ouvrage qui ne propose aucune recette miracle ni panacée pour accéder à la jeunesse éternelle, on entend la voix du gros bon sens. Elle nous explique comment la beauté a évolué au fil des ans, comment la médecine est arrivée à freiner le vieillissement de la machine humaine et comment faire pour vieillir en beauté, ­autant en dehors qu’en dedans. Le tout truffé d’anecdotes personnelles qui nous permettent de découvrir cette femme de tête sous un nouveau jour. Il est notamment question de sa mère qui, par souci d’économie, ne s’appliquait de la crème de jour sur le cou qu’un jour sur deux. Elle se souvient d’avoir été littéralement massacrée au petit écran par des éclairages inadéquats et des maquillages ­ingrats. Elle avoue s’être sentie belle dans les yeux de ceux qui l’ont aimé et elle se remémore même le premier jour où elle s’est sentie vieille...

Elle y va même de son coming-out de beauté avouant s’être fait retoucher les paupières. «Quand j’étais plus jeune, plusieurs m’ont dit que ça me donnait l’air fatigué, mais en vieillissant ça n’allait plus.»

Parions qu’à travers cet ouvrage, où elle a couché noir sur blanc plusieurs grandes réalités universelles qu’on n’a pas eu la chance de lire souvent, plusieurs femmes et même plusieurs hommes, puisque le vieillissement n’est pas seulement ­l’affaire de la gent féminine, se reconnaîtront.

Avant de se mettre à l’écriture de ses mémoires, un ouvrage qui devrait être des plus passionnants si on se fie au parcours professionnel et personnel de cette grande dame des communications, Mme Bombardier se penchera sur l’écriture du ­Dictionnaire amoureux du Québec, un ouvrage pour la France.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.