/news/health
Navigation
aînés

Demeurent-ils trop longtemps à l'urgence?

situation sante

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition avenir Québec réclame une intervention rapide du ministre de la Santé pour réduire les séjours des aînés dans les urgences au Québec.

Vendredi, il y avait plus de 200 patients alités depuis plus de 48 heures dans les urgences au Québec. Une situation inquiétante si la personne malade a plus de 75 ans.

Une personne de plus de 75 ans immobilisée plus de 24 heures aura besoin de trois jours de réadaptation et ce sera plus de trois semaines de rééducation pour un séjour de plus de 48 heures.

«Lorsque des personnes de 75 ans et plus demeurent trop longtemps à l'urgence, on les envoie en CHSLD et elles n'en ressortent plus», a expliqué la porte-parole de la CAQ en matière de santé, Sylvie Roy.

«Remobiliser, réactiver, réadapter»

Québec a mis en place une nouvelle approche destinée aux aînés qui se retrouvent aux urgences.

«C'est une approche qui est actuellement diffusée dans tous les établissements du Québec pour qu'on puisse remobiliser les personnes, les réactiver, les réadapter, de façon à ce que l'autonomie perdue puisse être retrouvée et qu'on ne se retrouve pas avec une personne âgée en lourde perte d'autonomie pour laquelle la seule solution, c'est un CHSLD», a dit le ministre de la Santé, Réjean Hébert.

Malheureusement, ce ne sont pas tous les hôpitaux qui appliquent le nouveau protocole.

«Ça ne va pas assez vite, non, compte tenu du besoin spécifique des gens de 75 ans et du fait qu'ils se retrouvent en CHSLD, ce n'est pas suffisant, a estimé la députée Sylvie Roy. Il faut mettre tous nos efforts.»

Québec évalue en ce moment la mise en place de ces nouvelles méthodes.

«Présentement, on est au stade de la volonté, mais c'est sûr qu'il va falloir passer au stade de l'action», a affirmé le Dr Michel Dugas, directeur du département de gériatrie du Centre hospitalier de l'Université Laval.

Au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL), à l'initiative de deux médecins, quatre civières aux urgences sont réservées aux personnes âgées. Des endroits où l'on a créé un environnement pour éviter que les aînés perdent trop d'autonomie.

«Il ne faut pas nécessairement attendre toujours après le gouvernement, après le ministre, a ajouté le Dr Dugas. Localement, les choses peuvent se faire aussi. Ce qu'on a vécu ici est un exemple.»

Près de la moitié des personnes hospitalisées au Québec ont plus de 65 ans. Un phénomène qui va s'accentuer avec le vieillissement de la population.

 

Commentaires