/sports/others
Navigation
Bourse | Camille Pepin

Une victoire d’un autre genre

Une victoire d’un autre genre
photo motion360.net Camille Pepin a changé la vie de plusieurs jeunes filles de Kuujjuaq.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a de ces victoires pour ­lesquelles on ne remet aucune médaille ni aucun trophée. Quant aux félicitations, elles sont si peu nombreuses que l’exploit demeure inconnu ou pire, sans intérêt pour la très grande majorité d’entre nous. Mais la victoire, quoiqu’anodine pour certains, peut être à tout jamais marquante pour qui la ­remporte. La fondeuse de Saint-Ferréol-les-Neiges dans la région de Québec, Camille Pepin, connaît bien ce genre de victoire.

En compagnie d’une coéquipière, Frédé­rique Vézina, Camille a travaillé à l’élaboration d’un audacieux programme d’initiation au ski de fond destiné aux jeunes filles de Kuujjuaq, dans le Grand-Nord du Québec.

DEUX ANS DE TRAVAIL

«C’est mon père qui m’en a donné l’idée, confie la jeune fille de 20 ans, 14e candidate au concours des Bourses d’études jeunes athlètes du Journal de Montréal/Journal de Québec/RBC. Il connaissait bien l’endroit et m’en avait souvent parlé. Il y avait déjà, là-bas, l’équipe de hockey de Joé Juneau. C’est un programme tellement inspirant. Mais le hockey est moins populaire auprès des jeunes filles et c’est pour elles qu’on a bâti le projet. Notre objectif était de mettre sur pied un club de ski de fond regroupant des jeunes filles de 9 à 19 ans. Nous souhaitions enseigner à ces jeunes filles venant d’un milieu à haut risque (décrochage, alcoolisme, suicide) des habiletés et des valeurs telles que le leadership, l’estime de soi, un mode de vie sain, l’engagement et la fixation de buts réalistes», continue d’expliquer la skieuse, membre de l’équipe nationale junior en 2011 et 2012, et membre, depuis trois ans, du Centre d’entraînement Pierre-Harvey, porte d’entrée de l’équipe nationale senior.

Pendant près de deux ans, Camille et Frédérique ont travaillé à assembler toutes les pièces du puzzle : analyse du milieu, conception du projet selon les réalités de ce milieu, présentation du programme aux autorités, recherche du finan­cement, achats d’équipement, embauche d’un entraîneur, etc. Après tout ce travail, aussi long qu’ardu (plus de 300 heures pour chacune des filles), est enfin arrivé le moment de vérité.

LA GRANDE RÉUSSITE

«C’était en avril 2012. On avait organisé un voyage de motivation», raconte Camille. Une dizaine de jeunes filles ont donc été invitées à passer quelques jours à Québec afin de se familiariser avec le ski de fond. Au menu : une visite au Championnat canadien qui avait lieu dans la vieille capitale et, naturellement, quelques sorties en ski de fond.

«Si vous saviez la sensation que j’ai eue quand j’ai vu les jeunes filles pour la première fois en ski. Ça m’a beaucoup touché, raconte Camille, ajoutant : le matin, Frédérique avait expliqué à l’une d’elles comment monter (une côte) à ski. À la fin de la journée, elles le savaient toutes. La jeune fille avait expliqué à son tour ce qu’elle avait appris. Elles se sont entraidées, comme ça, tout au long de la journée. C’était tellement beau de voir ça», souligne avec fierté l’initiatrice du projet, qui n’hésite pas à dire que ce souvenir restera gravé très longtemps dans sa mémoire.

En effet, quelle belle réussite! Grâce à Camille Pepin, il y a maintenant dans le Grand-Nord du Québec, à quelque 1444 km de Montréal, des jeunes filles qui brisent l’isolement en pratiquant le ski de fond au sein d’un club sérieusement structuré.

Et si un jour on voyait une Kuujjuaqmiute remporter une médaille d’or au Championnat canadien? Il faudrait peut-être en remettre une aussi à Camille! Elle s’ajouterait alors aux autres qu’elle a remportées lors de compétitions provinciales, nationales et internationales.

Mais ce serait mal connaître Camille que de croire qu’elle attend ce type de reconnaissance. Le simple fait de voir ses amies du Grand-Nord se passionner pour le ski de fond, c’est ça, SA médaille. Non, pour l’instant, la jeune femme, nommée athlète féminine de l’année en 2010 par Ski de fond Québec, à d’autres préoccupations : être dans les 10 premières au prochain Championnat canadien et réussir à monter sur un podium en Coupe de monde.

Des résultats qui la combleraient et qui réjouiraient ses fans, même les plus éloignés...

Commentaires