/news/provincial
Navigation
Vieux-Québec

Contestataires exaspérés

39 % des résidents du quartier historique voient les grands événements comme un désavantage

Coup d'oeil sur cet article

Même si 64 % des résidents du Vieux-Québec voient la proximité des grands événements comme un avantage, le président du comité des citoyens, Louis Germain, continue de croire que le Red Bull Crashed Ice n’a plus sa place dans la côte de la Montagne.

«Après sept ans, c’est assez», a réitéré M. Germain, hier, en marge de la conférence de presse de la Table de concertation du Vieux-Québec, qui se tenait à l’hôtel de ville.

Un sondage de la firme Léger commandé par la Table révèle que sur 433 résidents du Vieux-Québec, 39 % considèrent la proximité des grands événements comme un désavantage.

Lien avec le Crashed Ice?

Ce résultat n’est peut-être pas étranger aux désagréments entre autres dénoncés depuis des années par le Comité des citoyens du Vieux-Québec, depuis que le Red Bull Crashed Ice emprunte la côte de la Montagne.

Les préparatifs en vue de l’édition 2013 sont d’ailleurs bien visibles, depuis déjà quelques jours.

«C’est trop pesant pour le Vieux-Québec, déplore M. Germain. Cinq semaines de durée d’installation, de désinstallation, pour trois jours de plaisir et peu de retombées économiques...»

Le Comité des citoyens du Vieux-Québec n’en a pas contre les grands événements, ni contre le Red Bull Crashed Ice et Gestev, a toutefois tenu à assurer M. Germain.

C’est que malgré tous les efforts mis de l’avant par Gestev, qui organise le Crashed Ice à Québec, «un éléphant dans le salon, c’est toujours un éléphant dans le salon, même si tu lui mets des pantoufles en velours», a-t-il expliqué.

Solutions alternatives

Au moment où le retour de l’événement en 2014 n’est toujours pas assuré, M. Germain encourage les organisateurs et la Ville à privilégier des solutions alternatives au parcours actuel.

Le maire Labeaume aimerait que le retour du Crashed Ice soit assuré pour les trois années à venir. Il en a d’ailleurs fait part à un dirigeant de Red Bull, rencontré récemment.

«Je suis un peu tanné à chaque année de renégocier ça», a indiqué le maire, hier, lorsque questionné à ce sujet.

Les commerçants y tiennent

«Il faut que ça reste», souhaite quant à lui Jean-Pierre Du Sault, de l’Association des gens d’affaires du Vieux-Québec.

Même son de cloche du côté de l’Association des gens d’affaires de Place-Royale/Vieux-Port. Son président, Daniel Gross, n’a que de bons mots pour les gens de Gestev.

«Ils sont très attentifs», a-t-il fait valoir.

Commentaires
Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions