/sports/others
Navigation
UFC 158

«Je m’attends à un K.-O.» - Kristof Midoux

Georges St-Pierre
Photo Chantal Poirier / Agence QMI Georges St-Pierre (ci-contre) défendra son titre le 16 mars au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

Afin de se préparer pour Nick Diaz, Georges St-Pierre a fait confiance aux mêmes entraîneurs qu’à l’occasion de son retour contre Carlos Condit. Ainsi, son mentor, le Français Kristof Midoux, est notamment toujours dans les parages.

Pour l’ancien combattant, actif durant l’époque première des arts martiaux mixtes (AMM) au Québec, où les combats en cage étaient présentés dans la réserve amérindienne de Kahnawake, il ne fait aucun doute que St-Pierre (23-2) l’emportera de façon éclatante devant Diaz (26-8).

«Je m’attends à un K.-O. Diaz, s’il fait la tête de con, va se faire empaler par la vitesse et la précision de Georges, a-t-il mentionné jeudi, lors d’un entraînement public au gymnase Tristar. De cette manière, les gens vont être contents et vont arrêter de dire que Georges ne termine pas ses rivaux.»

Peu importe qui sera dans le coin du champion des mi-moyens (170 lb) de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), Midoux le voit triompher, le 16 mars au Centre Bell. Il perçoit dans les yeux du protégé de Firas Zahabi (entraîneur principal de St-Pierre) un feu sacré.

«Je l’ai dirigé comme un guerrier. Je sais trouver les petits mots qui le motivent, mais il est fait pour être champion; ce n’est pas grâce à moi. Même avec sa grand-mère dans son coin, il l’emporterait malgré tout», a affirmé celui qui a été le premier entraîneur de St-Pierre dans les AMM.

«Il est comme mon petit frère et je serai toujours là pour l’aider, a-t-il continué. Il est resté le même pour moi, mais je le sens encore plus confiant que face à Carlos Condit. Il ne revient pas d’une blessure grave cette fois-ci.»

Larouche voit du progrès

L’entraîneur de boxe Stéphan Larouche voit lui aussi de belles qualités en celui que l’on surnomme GSP, même s’il ne se considère pas un facteur important dans le succès de ce dernier.

«Je n'ai qu’une partie minime de sa préparation, peut-être le dixième de son travail, a-t-il avancé. Il a croisé les gants avec Lucian (Bute), où il n’y avait pas de gros coups à la tête, mais des frappes violentes au corps. Ce n’est pas arrivé souvent, mais c’est Lucian qui servait de partenaire d’entraînement et qui devait faire des trucs spécifiques. Georges a une droite surprenante, un bon jab et il cogne dur. Lucian a beaucoup de respect pour lui.»

La recette pour disposer de Nick Diaz semble d’ailleurs bien établie.

«Georges s’est bien battu à son dernier combat, mais il a encore moins de doute cette fois-ci, a-t-il continué. Diaz est un athlète extrêmement agressif. Il est un boxeur fluide, met de la pression constante et frappe un peu partout. Lucian a fait ça (mettre de la pression et frapper constamment). Georges a fait au gymnase ce que Carlos Condit a fait pour vaincre Diaz.»

Commentaires