/news/currentevents
Navigation
Cour municipale

L’anglais supprimé

La Cour municipale a reçu comme directive de bannir les affiches en anglais

L’anglais supprimé
Photo journal de montréal, anne-laure jeanson De nombreux panneaux en anglais à la Cour municipale de Montréal ont été recouverts de ruban adhésif noir, d’autres textes ont été littéralement grattés.

Coup d'oeil sur cet article

L’affichage en anglais a été progressivement banni de la cour municipale de Montréal à la demande de l’Office québécois de la langue française.

De nombreuses directives de la cour municipale de Montréal indiquant aux ­citoyens des directives en anglais ont été recouvertes de ruban adhésif noir.

Certains voiles adhésifs ont été arrachés dans les coins, laissant apparaître des bouts de mots. D’autres textes ont été littéralement grattés.

L’histoire remonte au mois de janvier 2009, où un représentant de l’OQLF a demandé à la Ville de Montréal de retirer le texte anglais qui se trouvait sur certaines affiches de la cour municipale.

La Ville disposait de deux mois et demi pour apporter les correctifs nécessaires.

«Après consultation avec le contentieux, il a été décidé d'apposer du ruban gommé sur certaines affiches afin de se conformer à la loi plutôt que de remplacer tous les panneaux», explique le porte-parole de la Ville, Gonzalo Nunez.

C’était la solution la moins onéreuse et la plus rapide à l'époque, explique-t-il.

Certains panneaux ont été refaits et les coûts ont été assumés par la cour.

En mars de la même année, une nouvelle demande de l’OQLF a été transmise à la Ville pour d'autres panneaux.

Les correctifs ont aussi été rapidement apportés.

«Les panneaux où l'anglais est dissimulé et qui sont encore sur place sont les restes de l’opération de 2009 faite à la demande de l'Office, afin de se conformer à la loi», ­déclare M. Nunez.

Une langue officielle

Selon la Charte de la langue française, le français est la seule langue d’affichage dans l’administration, sauf lorsque la santé ou la sécurité publique exigent l'utilisation d'une autre langue.

«Je félicite l’OQLF de cette directive. C’est tout à fait correct ça, les services gouvernementaux doivent être en français pour bien montrer que la langue commune est le français», déclare Mario Beaulieu, président du Mouvement ­Québec français.

«Si on donne tous les services en anglais, comment les allophones vont-ils se franciser?» s’interroge-t-il.

Selon lui, Québec donne encore trop de services en anglais. «Le registraire des entreprises, Revenu Québec et la Régie de l’assurance maladie devraient être uniquement en français, comme tous les ­services gouvernementaux administratifs», dit-il.

«Mais dans les faits, la province est bilingue», s’exclame-t-il.

« Encore un excès »

La communauté anglophone se sent ­punie, selon Jack Jedwab, directeur général de l’association d’études canadiennes.

«Il s’agit encore d’un excès de la part de l’OQLF», dit-il.

La Ville de Montréal n’a pas de statut ­bilingue, reconnaît-il, pourtant dans les faits, elle l’est. Sa politique linguistique date de 1995.

«Pourquoi l’Office a-t-il décidé d’agir ainsi et à ce moment-là?» s’interroge Jack Jedwab.

Bien que l’OQLF est un organisme indépendant, l’universitaire souhaiterait une intervention politique. «Il va falloir revoir la loi pour revenir au gros bon sens», explique-t-il.

Selon lui, l’organisme veut être proactif. «Le message politique envoyé et la manière d’agir de l’Office montrent qu’ils ne sont pas laxistes.»

«Si cela sert indirectement les intérêts politiques, est-ce que ces actions vont vraiment dans l’intérêt de la protection de la langue française?»

L’OQLF refuse tout commentaire le temps d’achever la vérification de son processus de traitement des plaintes à la suite du Pastagate.

Commentaires