/news/politics
Navigation
Aide sociale | 2012

142 millions $ versés en trop

Aide sociale
© Photos captures d’écran TVA La colère gronde du côté des prestataires d’aide sociale qui voient leurs prestations réduites.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le gouvernement du Québec coupe 20 millions dans l’aide sociale, il a versé en trop 142 millions à des prestataires l’an dernier qu’il doit maintenant récupérer.

Alors que le gouvernement du Québec coupe 20 millions dans l’aide sociale, il a versé en trop 142 millions à des prestataires l’an dernier qu’il doit maintenant récupérer.

Le cumul, au fil des ans, des créances du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale dépasse le demi-milliard de dollars. Au 31 mars 2012, ce montant se chiffrait à 546,1 millions.

«On sait tous, à quelque part, que lorsqu’il y a des versements de sommes, il peut arriver à l’occasion que de l’argent soit versé en trop. Ça peut être un revenu de travail non déclaré ou un changement de situation qui fait en sorte que la personne n’est plus admissible à une prestation», a expliqué Marie-Perle Gagné, directrice générale par intérim du centre de recouvrement.

En 2012, le nombre de fausses déclarations s’élevait à 16 902. Considérant qu’il y avait 351 679 prestataires en décembre dernier, la proportion de fausses déclarations se situerait donc autour de 4,8 %, d’après les chiffres fournis par le ministère.

L’aide sociale constitue de loin la plus importante créance d’Emploi-Québec, mais elle n’est pas la seule. D’autres programmes se trouvent aussi dans cette situation.

C’est le cas notamment du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP), qui a versé 8,5 millions en trop l’an dernier.

Situations particulières

Les créances ministérielles pour Emploi-Québec, le RQAP et Revenu Québec (pensions alimentaires) s’élèveraient à 716,7 millions, après les 167,3 millions recouvrés au terme de l’exercice 2011-2012.

«On n’abandonne jamais le recouvrement. Il arrive que des créances soient temporairement mises de côté, si la situation financière de la personne ne permet pas de débiter les sommes dues, mais les dossiers sont réévalués en cours d’année», a ajouté Mme Gagné.

N’empêche que l’an dernier, 12,3 millions ont été radiés des livres comptables. Mme Gagné se dit tout de même satisfaite du travail accompli, puisque la cible de recouvrement global, fixée à 18,4 %, a été dépassée.

Selon Amélie Châteauneuf, porte-parole du Front commun des personnes assistées sociales, les chiffres ne disent pas tout.

«Souvent, les personnes assistées sociales sont jugées comme des fraudeuses, alors que ce ne sont pas elles qui en abusent le plus», dit-elle.

Parmi les fausses déclarations, 17 % seraient faites avec l’intention réelle de frauder le système, ajoute la porte-parole.

«Il y a beaucoup de fausses déclarations dues aux personnes qui ne comprennent pas la loi. Les agents ne rencontrent même plus les personnes assistées sociales. C’est très difficile de leur parler au téléphone», conclut-elle.

Commentaires