/opinion
Navigation

Pourquoi un réalignement?

Coup d'oeil sur cet article

Le réalignement des conférences sous quatre divisions de la LNH se rapproche d’un dénouement.

Jeudi, l’Association des joueurs de la LNH (AJLNH) a publié un communiqué de presse annonçant qu’elle consentait à ce réalignement proposé par la LNH.

Dans le communiqué en question, on pouvait aussi lire que l’AJLNH se réservait le droit de réévaluer le tout après la saison 2014-2015.

Un fait à ne pas négliger, s’il y a un déménagement d’une franchise ou une expansion, l’AJLNH se réserverait encore le droit de revoir le tout au moment où cela surviendrait. Il va sans dire que l’avenir des Coyotes de Phoenix est sans doute visé par cette précision.

Je le répète, je ne crois pas qu’une expansion soit dans les plans de la LNH à court terme. La Ligue devra régler le dossier de certaines franchises avant d’ajouter des équipes à celles déjà en place.

La prochaine étape du processus du réalignement sera de faire approuver celui-ci par le Bureau des gouverneurs de la ligue. Ce vote sera fort probablement favorable, mais j’entends que ce changement ne fait vraiment pas l’affaire de plusieurs équipes.

Nécessaire?

Mais pourquoi un réalignement? À qui cela aidera-t-il? Pour quelles raisons au juste la LNH procède-t-elle à un tel changement à ce moment-ci? C’est vraiment nécessaire?

Les Panthers de la Floride et le Lightning de Tampa Bay seront appelés à investir beaucoup plus de kérosène que n’importe quelle autre équipe par exemple.

Les Predators de Nashville et les Blackhawks de Chicago perdent la rivalité qui les liait aux Red Wings de Detroit.

Honnêtement, je ne vois pas l’utilité de faire un tel réalignement, si ce n’est que pour faire plaisir à une minorité de franchises, soit Detroit et Columbus.

La Ligue devra un jour mettre un terme à la saga des Coyotes de Phoenix et le dénouement pourrait faire en sorte que ce réalignement pourrait être reconsidéré dans son ensemble.

Trop de franchises sont dans le trouble malgré l’augmentation de l’achalandage dans les amphithéâtres à travers la ligue. Reste à savoir d’où provient encore la grande partie des revenus de la LNH, quoique je me doute bien que les équipes canadiennes y sont pour beaucoup.

Le néant

Parlant des Coyotes, toujours rien en ce qui concerne leur avenir. Depuis que Greg Jamison a échoué dans ses péripéties pour acquérir l’équipe, il n’y a pas le moindre signe positif ou négatif. C’est le néant.

J’ose croire que la fin de saison dictera la suite des choses, mais comme rien n’est logique depuis le début de la débandade du statut de propriété des Coyotes, il faut s’attendre à tout. Quatre ans d’incertitudes plus tard, les propriétaires et les joueurs (qui sont partenaires financiers) ne pourront plus se défiler.

L’attention qui était tournée sur la négociation de la dernière convention collective se transposera à Glendale.

L’avocat et le directeur général de la Ville ont tous deux démissionné depuis les dernières semaines. Il y a un ménage qui est entrepris depuis l’arrivée du nouveau maire (Jerry Weiers). Ce dernier n’approuvait pas l’entente de gestion que l’ancienne administration avait proposée à Jamison.

C’est le silence complet, autant de la part de la LNH à propos des Coyotes que du côté de Québecor Media pour ce qui est de Québec, et ce, depuis le début de l’aventure.

Commentaires