/news/currentevents
Navigation
pape françois | conclave

Le premier pape jésuite

Coup d'oeil sur cet article

Le premier pape jésuite, Jorge Mario Bergoglio, a renoncé à l’un des vœux de sa communauté pour accéder au titre de souverain pontife.

Ce n’est pas dans la tradition des jésuites d’accéder à des fonctions prestigieuses au sein de l’Église, explique Bernard Carrière, secrétaire de la Maison provinciale des jésuites du Canada français et d’Haïti.

«Lorsque nous prononçons nos vœux, nous ajoutons celui de ne pas accepter de hautes fonctions dans l’Église à moins que le pape lui-même le demande», dit-il.

Jorge Mario Bergoglio a renoncé à ce vœu en 1992 lorsqu’il est devenu archevêque de Buenos Aires.

Parmi les 115 cardinaux électeurs, Bergoglio était le seul jésuite. Un deuxième, l’archevêque émérite de Jakarta en Indonésie, n’a pu faire le voyage pour des raisons de santé.

«C’est une surprise, ce n’est pas une joie débordante», soutient le prêtre Bernard Carrière, ajoutant que les Jésuites «n’attendent rien de son élection».

Les Jésuites développent une grande liberté intérieure durant leur formation. Grâce à ça, il ne favorisera pas son ordre.

Le pape François

Le prêtre souhaite une église plus universelle. «J’espère que le pape défendra ses convictions».

En choisissant le nom de François, l’archevêque argentin a probablement pensé au jésuite François-Xavier qui a été missionnaire en Asie. Il a sûrement pensé aussi à François d’Assise qui vivait très modestement.

Lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires, le cardinal Bergoglio avait refusé de vivre dans le palais épiscopal. Il prenait même l’autobus à Rome cette semaine.

«C’est assez rare pour des évêques, il avait dans son cœur une grande humilité», note Pierre Bélanger, supérieur de la résidence Saint-Nom-de-Jésus à Montréal. On compte 18 000 jésuites dans le monde et une centaine au Québec.
 

Commentaires