/homepage
Navigation

À la maison en Arizona

Coup d'oeil sur cet article

Mon premier tournoi de la saison aux États-Unis vient de se terminer et je dois dire que, même si je n’ai pas réussi à passer la coupure, je suis quand même satisfaite.

Mon premier tournoi de la saison aux États-Unis vient de se terminer et je dois dire que, même si je n’ai pas réussi à passer la coupure, je suis quand même satisfaite.

Je retire beaucoup de positifs de mon tournoi à Phoenix, en Arizona. J’étais satisfaite de la façon dont j’ai frappé la balle et ça m’a aussi permis d’en apprendre davantage sur moi-même et la LPGA. Je jouais pour la première fois avec ma nouvelle caddie et nous avons apporté certains ajustements. Étant donné que nous ne nous connaissions pas, nous avons dû mettre les choses au clair dès le début. C’est-à-dire que, même si c’est moi qui frappe la balle, le respect entre nous deux est très important. Si j’étais caddie, j’aimerais, par exemple, savoir de quel côté de la balle me placer. Il serait aussi clair que, si la golfeuse lançait ses bâtons, je n’irais pas les chercher. Ce sont quelques détails sur lesquels nous devions nous accorder rapidement.

À Phoenix, j’ai été très chanceuse parce que j’ai passé la semaine chez des Québécois Pierre Drolet et sa conjointe, Anne-Marie, à leur condo. Ça m’a donné la chance, pour mon premier tournoi en sol nord-américain, de passer la semaine «en famille». Pierre et Anne-Marie se sont beaucoup occupés de moi, entre autres, en me préparant d’excellents repas.

Samedi matin, après avoir raté la coupure, la veille, ils m’ont amenée marcher en montagne pendant deux heures. Nous avons parcouru cinq miles et ç’a m’a vraiment changé les idées. J’ai apprécié au plus haut point leur hospitalité.

Tweet anonyme

Je suis encore jeune et je sais que je devrai me faire une carapace. Je veux dire que, maintenant que j’évolue au sein de la LPGA, les projecteurs seront davantage rivés dans ma direction.

Ça ne veut toutefois pas dire que je suis prête à me faire insulter gratuitement, surtout de façon anonyme, sur les réseaux sociaux comme Tweeter. Vendredi dernier, à la fin de la deuxième ronde, Maude-Aimée Leblanc, dans Le Journal de Québec, a partagé publiquement son désaccord avec son caddie.

Samedi après-midi, pendant que j’assistais à un match présaison des Giants de San Francisco, j’ai reçu un tweet anonyme, écrit de façon très méchante, me disant qu’on perdait et qu’on gagnait en équipe. Que j’avais mal agi en lapidant mon caddie dans le Journal.

J’ai d’abord été blessée par ces commentaires, mais après avoir clarifié la situation avec Albert Ladouceur, l’auteur de l’article en question, je me suis rendu compte que cette personne s’était trompée de joueuse. Ceux qui me connaissent savent que ma première réaction était de lui répondre avec la même gentillesse qu’il m’a montrée, mais je me suis dit que l’erreur est humaine et donc je lui ai répondu poliment qu’il n’avait pas bien lu le Journal, que je n’avais rien à voir dans l’histoire.

Malgré cet incident, je ne condamne pas Maude-Aimée parce que je n’étais pas avec elle lorsque ça s’est passé. Je ne connais pas les circonstances et je ne lui en ai pas parlé. Donc, avant de porter un jugement, il faut se demander ce qui s’est vraiment passé, et ce, dans toutes les sphères de la vie. Maude-Aimée n’est pas une mauvaise personne et je n’en suis pas une non plus. Certains commentaires peuvent être blessants et il faut s’en rendre compte.

À San Diego

Cela étant dit, je viens d’arriver à San Diego afin de prendre part à mon prochain tournoi, qui s’amorcera jeudi. À Phoenix, puisqu’il s’agissait de la première compétition de la saison en Amérique, nous avons dû nous soumettre à une séance de photos et à quelques réunions.

À San Diego, nous pourrons nous concentrer seulement sur le golf. Nous aurons donc une semaine normale, plus relaxe, et j’entends en profiter au maximum.

— Propos recueillis par Simon Cliche

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.