/sports/fighting
Navigation
Dans l’arène

Le pari risqué de Stevenson

Le pari risqué de Stevenson
Photo Agence QMI Adonis Stevenson, que l’on voit ici en compagnie du promoteur Yvon Michel, doit l’emporter ­demain face à Darnell Boone s’il veut affronter Chad Dawson.

Coup d'oeil sur cet article

Adonis Stevenson affrontera demain le seul homme à l’avoir envoyé au tapis. Et avec un combat de championnat du monde déjà en poche, sur les ondes du réseau HBO en prime, c’est un risque qu’il n’avait pas à prendre.

Adonis Stevenson affrontera demain le seul homme à l’avoir envoyé au tapis. Et avec un combat de championnat du monde déjà en poche, sur les ondes du réseau HBO en prime, c’est un risque qu’il n’avait pas à prendre.

Malgré tout, «Superman» tenait mordicus à venger son seul échec en carrière face à Darnell Boone. C’est de bonne guerre et ça peut aider pour sa confiance en cas de gain décisif.

Toutefois, en cas de revers, d’une victoire serrée ou d’une blessure en cours de route, les conséquences seraient désastreuses.

De plus, on a beau dire qu’il s’agit d’une belle préparation pour Chad ­Dawson...je n’en suis pas si convaincu. Pourquoi? Parce que Boone est un ­droitier mesurant 5pi 9po, alors que ­Dawson est un gaucher mesurant 6pi 1po.

L’entraîneur de Stevenson et neveu du défunt légendaire entraîneur Emanuel ­Steward, Javon «Sugar» Hill, n’est pas du même avis.

«Il faut garder Adonis actif, ça lui donnera confiance. Une blessure peut arriver même à l’entraînement. Et il s’était fait mal à la main avant le combat contre ­Donovan George. Ça ne l’a pas empêché de gagner», a-t-il lancé.

Vieilles méthodes

Pour Javon «Sugar» Hill, tout est une question de préparation.

«Je n’étais pas là au premier combat contre Boone, mais j’ai vu un clip sur Youtube, a-t-il dit. Adonis nous a ­expliqué la situation. Il connaissait des problèmes de gérance à l’époque, ce sera bien différent vendredi (demain).»

Et comme lors de ses trois dernières ­sorties, Stevenson a été entraîné avec les vieilles méthodes du Kronk Gym (qui a ­déménagé temporairement ses pénates au Bad Boy Boxing Gym), à Royal Oak, en banlieue de Detroit.

«Nous, au Kronk Gym, nous n’avons pas de cross fit. On entraîne nos boxeurs à la dure, de façon old school, comme ça se ­faisait dans le temps, a avancé Hill. Il y a de l’entraide dans ce gymnase. Adonis et ­Donovan George se sont battus ensemble lors de leur dernier duel et maintenant, ils s’entraînent ensemble et s’aident.»

«Adonis n’est plus le même boxeur depuis qu’il est avec nous. Il est plus fort, plus rapide, plus confiant, a-t-il ajouté. Et quand le cas de Boone sera réglé, il sera prêt pour Dawson. Ce dernier, on le connaît bien. Il s’est battu pour nous, sous les couleurs du Kronk Gym, pour affronter Adrian Diaconu à Montréal. Ce sera un choc intéressant.»

L'uppercut
Le face-à-face entre l'Américain Timothy Bradley et le Russe Ruslan Provodnikov, disputé samedi, à Carson en Californie, a été tout simplement phénoménal. Cette violente bagarre, où les deux hommes ont été ébranlés à qui mieux mieux, devrait logiquement être considérée à titre de combat de l’année sur la scène internationale.
Le coup bas
Le flamboyant champion du monde WBC des poids légers, Adrien Broner, a été arrêté, lundi à Miami, pour s’être attaqué à un agent de sécurité (il l’aurait mordu...). Étoile montante de la boxe, l’Américain âgé de 23 ans devrait éviter ce type de situation s’il compte voir sa valeur continuer de croître.
20 145
Un total de 20 145 spectateurs ont assisté au combat de championnat des poids mi-moyens de l’UFC entre Georges St-Pierre et Nick Diaz, samedi dernier au Centre Bell. Le patron de l’UFC, Dana White, a ­mentionné avoir récolté 3,7 M$ US uniquement avec les recettes du guichet.
Le promoteur Yvon Michel croit également remplir le Centre Bell, le 25 mai, pour le choc entre Jean Pascal et Lucian Bute. «On pense vendre tous les billets en dedans de 15 jours», a-t-il confié.
Hernandez
aidera Pascal
Jean Pascal utilisera les conseils d’un préparateur physique assez particulier pour son combat contre Lucian Bute, le 25 mai au Centre Bell.
Il a retenu les services du très controversé Angel Hernandez, précédemment connu sous le nom d’Angel Heredia, un ancien délateur ayant admis avoir fourni des substances dopantes à plusieurs athlètes.
«C’est moi qui ai demandé Heredia et je l’ai engagé pour son bon boulot, a avoué l’entraîneur de Pascal, Marc Ramsay. Il a travaillé avec les meilleurs, Juan Manuel Marquez et Usain Bolt.»
L’entraîneur en chef de GYM est néanmoins conscient que l’embauche d’Hernandez pouvait susciter un peu de brouhaha. Il affirme toutefois être prêt à soumettre son poulain à n’importe quel examen afin de prouver que Jean Pascal est «100% naturel».
«On va accepter toutes les demandes d’InterBox et passer n’importe quel test anti-dopage», a-t-il assuré.
«Jean a d’ailleurs reparti la machine à Las Vegas afin de voir d’autres choses et d’avoir du plaisir, a-t-il ajouté. Il a aussi passé du temps avec des gens qu’il avait envie de voir (50 Cent et Mike Tyson). Il s’est également entraîné avec Roger Mayweather et on avait pensé l’intégrer au camp.»
Antonin Décarie, coéquipier de Pascal, suivra l’ancien champion des mi-lourds à son camp d’entraînement. Le poids mi-moyen lavallois se préparera en vue de son important combat, le 27 avril à Buenos Aires, sur les ondes du réseau HBO. Il fera alors face à l’Argentin Luis Carlos Abregu, en demi-finale au duel de championnat du monde des poids moyens entre Sergio Martinez et Martin Murray.
Commentaires