/sports/fighting
Navigation
Dans l’arène

La guerre mentale a commencé

La guerre mentale a commencé
photo agence qmi, jocelyn malette Lucian Bute et Jean Pascal en viendront aux prises le 25 mai au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

On s’est lancé des fleurs lors de la conférence de presse du ­combat entre Lucian Bute et Jean Pascal. Si le pot n’a pas suivi, il fallait quand même voir les subtiles flèches décochées de part et d’autre.

On s’est lancé des fleurs lors de la conférence de presse du ­combat entre Lucian Bute et Jean Pascal. Si le pot n’a pas suivi, il fallait quand même voir les subtiles flèches décochées de part et d’autre.

Pascal (27-2-1, 16 K.-O.) y est d’abord allé de son coup d’éclat avec la présence de son ­mentor, Roy Jones Jr.

Ce dernier, le meilleur boxeur de la planète de 1994 à 2003 et un véritable spécialiste pour venir à bout des pugilistes gauchers, ­aidera le Lavallois lors de son camp en vue de piéger Bute.

La présence de Jones est symbolique. Elle motivera le poulain de Marc Ramsay à son camp, en périphérie de Las Vegas, ville que Ramsay qualifie de royaume de la boxe.

L’entraîneur de Bute (31-1, 24 K.-O.), ­Stéphan Larouche, y est allé d’une réplique, question de ne pas se laisser impressionner.

«Je viens juste d’appeler Joe Calzaghe (qui a vaincu Jones avant de prendre sa retrai­te), qui est un spécialiste pour battre les droitiers!»

Jones s’est ensuite permis de mettre son grain de sel. «Vous ne devriez pas... Calzaghe va attendre que Lucian souffle 40 bougies avant de vous rappeler». Jones faisait allusion au fait que Calzaghe a seulement affronté Jones alors que ce dernier était vieux.

Larouche a également déclaré qu’il allait peut-être utiliser les services de l’entraîneur américain Freddy Roach à leur camp en ­Floride, puisque ce dernier à l’habitude de travailler avec des gauchers, notamment avec le Philippin Manny Pacquiao.

Curieusement, le tombeur de Pacquiao, Juan Manuel Marquez, a travaillé avec le préparateur physique Angel Hernandez pour obtenir son K.-O. sur le populaire athlète de Manille. Or, Hernandez est celui qui s’occupera du conditionnement physique de Pascal au Nevada.

Belles avenues pour le gagnant

Le vainqueur du choc Pascal-Bute ­deviendra une tête d’affiche du réseau HBO.

Même si un tournoi de type Super Six n’arrivera jamais sur les ondes de la chaîne, foi du vice-président de HBO Kery Davis, l’homme qui remportera ce choc historique verra tout de même beaucoup d’action... et gagnera beaucoup d’argent.

«La catégorie des mi-lourds est bien attrayante. On peut dire qu’elle a maintenant remplacé les super-moyens en intérêt, a-t-il dit. On parle déjà d’une revanche Bute-

Pascal... mais il y a plein d’autres options.»

«Le champion du Super Six, Andre Ward, travaillera comme analyste pour le combat Bute-Pascal. Il pourrait affronter le gagnant, a-t-il continué. Il faut aussi inclure dans le lot les vainqueurs des chocs entre Carl Froch et Mikkel Kessler ainsi qu’entre Chad ­Dawson et Adonis Stevenson.»

 

L'uppercut
J’ai beaucoup de respect pour la nouvelle politique anti-dopage qu’InterBox et GYM tentent d’instaurer au Québec. Il est grand temps d’actualiser les méthodes de détection, question d’assurer la sécurité des athlètes.
Le coup bas
À l’âge de 49 ans, Dave Hilton songe à faire un retour. À mon avis, seul Bernard Hopkins (il a 48 ans) peut se permettre d’être encore efficace à cet âge, et ce, en raison de sa rigoureuse discipline. Ce n’est pas le cas de Hilton.
17
Lucian Bute et Jean Pascal sont les deux boxeurs actifs comptant le plus d’expérience en Championnat du monde au pays. À eux deux, ils ne comptent pas moins de 17 combats avec un titre mondial en jeu (11 pour Bute, 6 pour Pascal).
« Le vainqueur du choc Pascal-Bute deviendra une tête d’affiche du réseau HBO »
L’avènement d’Adonis
On ne fait pas la file pour affronter Adonis «Superman» Stevenson. Heureusement pour lui, il bénéficiera d’une chance unique, le 8 juin au Centre Bell, alors qu’il combattra dans un duel de Championnat du monde The Ring et WBC des mi-lourds face à Chad Dawson.
«J’ai signé, j’ai vu les six chiffres! a-t-il confié. Chez les super-moyens, personne ne voulait m’affronter (incluant Carl Froch et Mikkel Kessler). Maintenant, avec le soutien d’HBO, ils n’ont pas d’autre choix que de me faire face!»
Malgré tout, le Longueuil­lois a dû grimper d’une ­catégorie afin d’obtenir son opportunité.
«Faire le poids sera simplement plus facile, mais je sais par contre que ce ne sera pas facile de battre Dawson, a-t-il ajouté. C’est à moi de m’entraîner fort. Dawson est un top et je dois le vaincre. Je ne veux pas juste gagner, je veux être le meilleur.»
Le protégé du Groupe Yvon Michel (GYM) se préparera en compagnie de gauchers au même endroit où Thomas «Hitman» Hearns s’est entraîné en vue de son match nul face à «Sugar» Ray Leonard, en 1989. «Hearns avait gagné ce combat», a assuré le cogneur âgé de 35 ans.
Par ailleurs, l’un des partenaires d’entraînement de Stevenson au Kronk Gym de Detroit, l’ex-champion IBF des poids super-mi-moyens, Cornelius «K9» Bundrage, aurait déjà arrêté Chad Dawson lors d’un combat d’entraînement au mythique gymnase. «Superman» est confiant.
Commentaires