/opinion/blogs
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Le côté sombre de Kickstarter

Coup d'oeil sur cet article

Vous connaissez Kickstarter probablement, un site qui permet aux compagnies de se faire financer directement par leurs futurs clients. Le principe est simple, on vous explique le concept d'un produit, un jeu dans la majorité des cas, on vous promet des récompenses supplémentaires si vous financez le produit et si le projet amasse suffisamment de fonds, le projet est lancé. Nous avons même un article sur Story War, un projet Kickstarter.

Par contre, je me suis rendu compte que plusieurs personnes ignorent le fonctionnement et les obligations de Kickstarter ou encore on de mauvaise perceptions. Aujourd'hui je vais tenter d'éclairer le sujet.

Les règles

Les règles de Kickstarter sont relativement simples. Votre projet doit être dans un des champs d'intérêt du site (Jeux, arts, musique, etc..). Votre projet doit produire un produit tangible qui peut-être distribué et utilisé. Et.... c'est tout. Le montant demandé, les récompenses, la date de livraison, tout ça ne concerne pas Kickstarter.  Quand vous financez un projet sur Kickstarter... vous financez un projet, ni plus ni moins. Vous n'achetez pas un produit et comme tout financement, le rendement n'est pas garanti.

Vous êtes donc responsables de vous assurer que vous faites confiance à la compagnie derrière un projet.

Quand ça foire...

Des cas de fraudes ont déjà étés rapportés sur Kickstarter. Mythic: The Story of Gods and Men est un excellent exemple. Les créateurs du projet ont prétendus être des ex-employés de  Blizzard, ils ont décrit un projet qui ressemblait à un jeu médiéval fantastique régulier, quelques images et le tour est joué. Heureusement, les gens ont rapidement réalisé qu'il s'agissait d'une tentative de fraude et tout s'est bien terminé.

Tristement, les gens qui ont supportés ZionEyez, un projet pour des lunettes futuristes n'ont pas eu cette chance. Le projet a été financé avec succès et les 344 000$ dollars ont disparus dans la nature. Kickstarter ne remboursera pas les gens qui ont financés le projet... dans certains cas, des gens ont perdus plus de 5000$

Finalement il y a les projets qui ne livrent pas. Back Jack! un jeu d'aventure "point and click" n'est toujours pas terminé malgré le succès de son Kickstarter. En fait la compagnie Warbird Games a demandé du nouveau financement afin de terminer le projet. Dans le cas de Back Jack! on ne parle pas nécessairement de mauvaise volonté mais au final il se peut que plusieurs personnes ne voient pas de retour sur leur investissement.

En passant, certaines personnes sont d'avis que Ouya, la console Android, pourrait être le projet frauduleux le plus payant de l'histoire de Kickstarter.

Le guide de survie Kickstarter

Malgré tout ce que je viens d'écrire, je veux vous encourager à financer les projets qui vous tiennent à coeur mais à le faire de façon éclairer. Voici quelques conseils de base à suivre.

  • Renseignez-vous sur les gens derrière le projet et la compagnie en cause. Une simple recherche Google suffit souvent à savoir si John Smith en est à sa 4ème faillite ou a une réputation de fraudeur.
  • Méfiez-vous de la R&D. Si un projet a besoin de recherche et développement pour arriver à terme il devient beaucoup plus risqué. La R&D peut-être très couteuse, très longue et il n'y a aucune garantie qu'elle aboutisse.
  • Le projet possède un plan défini avec des dates? Un projet avec des étapes bien définis et des dates est un excellent signe que le réalisateur sait ce qu'il fait.
  • Jamais plus d'un an. Un projet devrait être terminé et livré dans la prochaine année. Plus le délai est long, plus les risques de ne pas voir le projet aboutir sont élevés.

2 commentaire(s)

Marylène Raymond dit :
27 mars 2013 à 7 h 42 min

Super article Stéphane! Comme n'importe quel projet sur l'interwebs, on doit se "backer" et ne pas faire tout de suite confiance à un projet qui semble trop beau pour être vrai (et puis, la même chose s'applique dans la "vrai vie"). Faire un minimum de recherche, oui, mais il ne faut pas devenir trop parano non plus! ;)

Stéphane Martineau dit :
27 mars 2013 à 8 h 59 min

Merci! En effet il ne faut pas être parano et je pense que la plupart des projets sont fait par des trippeux. En fait, j'aimerais en encourager d'avantage afin de voir plus de projet innovateurs voir le jour mais mon portefeuille n'y survivrait pas.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.