/entertainment/comedy
Navigation
Tout sur Jamel

Jamel Debbouze vient faire rire le Québec

Jamel Debbouze vient faire rire le Québec
photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Dans son plus récent spectacle, Jamel Debbouze se raconte comme jamais. Puisqu’il en a envie, et même si sa tournée en France est terminée, il vient nous présenter, Tout sur Jamel. «Aujourd’hui, mon plus grand luxe est d’avoir le choix. Je choisis donc d’aller là où je me sens bien. C’est pour ça que je viens à Montréal et à Québec.»

Dans son plus récent spectacle, Jamel Debbouze se raconte comme jamais. Puisqu’il en a envie, et même si sa tournée en France est terminée, il vient nous présenter, Tout sur Jamel. «Aujourd’hui, mon plus grand luxe est d’avoir le choix. Je choisis donc d’aller là où je me sens bien. C’est pour ça que je viens à Montréal et à Québec.»

Joint au téléphone, l’humoriste et acteur français avoue être très excité par cette courte tournée nord-américaine. Outre Montréal et Québec les 16 et 17 avril, Jamel Debbouze visitera les francophones et francophiles de quelques villes aux États-Unis, dont New York, Miami, Boston et Los Angeles.

«C’est un bonheur de venir jouer chez vous, car ce qui est génial et très gratifiant, c’est que vous avez une vraie culture du rire. On ne peut pas se foutre de votre gueule, on ne peut pas vous la faire à l’envers», dit l’acteur que nous avons entre autres découvert dans Le fabuleux destin d’Amélie Poulin.

Avant d’être connu du public français, Jamel Debbouze a découvert la culture québécoise grâce à l’improvisation. En 1992, avec son équipe de Trappes, en France, il se classait troisième au Championnat du monde amateur d’improvisation, qui se tenait au Québec.

Cette culture de l’improvisation est encore très présente dans sa vie. Il avoue d’ailleurs ne jamais avoir présenté deux fois le même spectacle sur scène.

«Je n’ai pas cette rigueur et je suis obligé de me surprendre tout le temps pour garder une écoute active. Je ne veux pas avoir l’impression de me répéter et je ne veux pas donner l’impression aux gens dans la salle, même une seconde, que je me répète.»

Jamel se raconte

Six ans après 100 % Debbouze, le Français d’origine marocaine remontait sur scène avec du nouveau matériel. C’est en décembre dernier qu’il a terminé de présenter en France Tout sur Jamel. Et par pur plaisir, il a décidé de s’offrir une courte tournée internationale, et donc de prolonger un peu la durée de vie de ce spectacle.

À propos de son expérience en France avec ce dernier, il n’a que de bons souvenirs. «Ah, j’ai “kiffé” ma grand-mère! C’était au-delà de mes espérances. Ça faisait un moment que je n’étais pas monté sur scène et j’avais plein d’appréhensions. Finalement, j’ai pris un plaisir que je ne soupçonnais pas. Je me suis rendu compte que j’avais de l’expérience, maintenant, et que je pouvais vraiment mieux apprécier les choses. Je me suis régalé!»

Cette expérience, les spectateurs semblent l’avoir remarquée, puisque plusieurs critiques français ont dénoté chez l’artiste une maturité sur scène qu’il n’avait pas lors des spectacles précédents. «C’est vrai que j’ai démarré comme un chien fou. J’allais dans tous les sens, mais là, je suis beaucoup plus serein», dit Jamel Debbouze.

Il ne cache pas que son mariage avec l’animatrice Mélissa Theuriau et ses deux enfants sont aussi pour quelque chose dans cette nouvelle attitude sur scène. C’est entre autres d’eux, de ses parents, de l’immigration et du mariage mixte qu’il parle dans ce spectacle de 90 minutes.

«Je parle de moi, je me livre. Et j’espère que ça résonnera chez les autres», dit avec humilité Jamel Debbouze.

Touche-à-tout

L’acteur d’Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre et d’Astérix et Obélix aux Jeux olympiques se décrit comme un «touche-à-tout qui n’a pas de plan de carrière». Il se laisse bercer par la vie et est le premier surpris par ce qu’elle lui réserve.

Côté cinéma, il termine le film d’animation en 3D Pourquoi j’ai (pas) mangé mon père, où il a mis les chapeaux d’acteur et de réalisateur. «Je n’avais pas du tout prévu de faire ça, mais les méandres de la vie m’ont amené jusque-là. Je devais juste faire une voix, mais, finalement, j’ai même accepté de faire la mise en scène.»

«C’est ma première réalisation et je dois dire que je me suis éclaté! C’est extraordinaire d’avoir autant de pouvoir artistique. On prend toutes les décisions et on raconte véritablement l’histoire qu’on a dans la tête. C’est comme matérialiser ses rêves, c’est super!», explique-t-il.

Ce n’est pas son seul projet cinématographique. Au moment de l’entrevue, il venait tout juste de terminer une longue journée de tournage pour le long-métrage La marche. «C’est une histoire vraie, une histoire de jeunes gens qui ont décidé d’entamer une marche pour l’égalité et la dignité, et contre le racisme. Ils étaient neuf lorsqu’ils sont partis de Marseille et, lorsqu’ils sont arrivés à Paris, ils étaient 100 000.»

L’acteur, qui nous a récemment fait rire dans Sur la piste du Marsupilami, nous dit à propos de ses choix cinématographiques: «J’alterne entre les comédies où je m’éclate et où j’espère éclater les gens, et des films beaucoup plus profonds, soit à message ou qui racontent une injustice.»

Jamel Debbouze n’a pas fini de nous impressionner et de nous montrer de nouvelles facettes de sa personnalité. C’est d’ailleurs ce qu’il fera à Montréal et Québec avec son spectacle Tout sur Jamel.


Jamel Debbouze est en spectacle le 16 avril à Montréal et le 17 avril à Québec.

Commentaires