/opinion/columnists
Navigation

On ne s'y habitue pas

Coup d'oeil sur cet article

Un policier ne s’habitue jamais à ce type d’intervention sur les lieux d’un accident d’automobiles où l’alcool est en cause. Souvent, on ne change que les noms et les dates.

Derrière tout ça, il y a des vies et des familles brisées qui vont pleurer. Il reste que tu as un travail à faire et tu dois être professionnel afin d’appliquer vigoureusement la loi et préserver au maximum la preuve. Malgré le drame, il ne faut jamais oublier qu’il s’agit d’une scène de crime. Il faut rester rationnel.

Lors de ce type d’événement, la personne sera mise en arrestation selon les preuves. Souvent, la personne dégrisera et elle apprendra seulement 24 heures plus tard, par les journaux ou la télévision, qu’elle a causé la mort de quelqu’un. Cependant, c’est parfois le travail des policiers d’annoncer au chauffard que des accusations aggravantes font maintenant partie de son dossier.

Les jeunes

Il y a toutefois une distinction à faire entre le criminel endurci et le jeune qui vient de tuer son ami. Les policiers doivent néanmoins faire leur travail avec professionnalisme.

Du côté des plus jeunes, c’est un monde et un avenir qui s’effondrent, principalement pour leurs familles qui se sentiront extrêmement coupables. Le drame humain est parfois plus éprouvant pour les proches que pour l’accusé. Ils voient la vie de leur garçon ou de leur fille qui leur a échappé.

Ce qui est malheureux, c’est que le drame agira durant quelques jours sur l’accusé, mais le temps lui fera oublier son geste. Cependant, lorsqu’ils feront face à la justice, la réalité les frappera de plein fouet.

— Propos recueillis par Nicolas Lachance

Commentaires