/lifestyle/books
Navigation
livres jeunesse

Une mère différente

Une mère différente

Coup d'oeil sur cet article

Une mère différente
La mission secrète de Julia Léveillée
de Julie Vincelette
Les Éditions Z’ailées,
240 pages, dès 10 ans

À la mort de sa grand-mère, Julia reçoit en cadeau une boîte remplie d’objets mystérieux... Ne sachant pas trop à quoi ils servent, la jeune fille découvre qu’ils lui seront utiles pour aider sa voisine Charlie et la mère de celle-ci, qui souffre de schizophrénie. C’est grâce à ses nouveaux pouvoirs, à son ami l’écureuil et à beaucoup de courage que Julia arrivera à ouvrir les yeux de son entourage sur la schizophrénie...

Cette semaine, en découvrant ce roman jeunesse qui aborde la schizophrénie parmi les livres que je reçois quotidiennement, je me suis dit, avant même de le lire, que je devais absolument en parler. Pourquoi? Parce qu’on parle si rarement de cette maladie mentale, et encore moins dans la littérature jeunesse, qu’un livre sur ce sujet me fascinait et me surprenait à la fois...

S’adressant aux adolescents, l’histoire de Julia et de sa voisine Charlie, dont la mère souffre de schizophrénie, est touchante, divertissante, enrichissante et teintée de magie!

L’auteure Julie Vincelette a su décrire ses différents personnages avec précision et elle les a construits avec beaucoup d’intelligence, car ce sont tous des personnages forts et attachants. La petite Julia, plus particulièrement, est on ne peut plus mignonne. Et quelle jeune fille brillante et allumée!

D’ailleurs, c’était un excellent choix, de la part de l’auteure, que de nous parler de la schizophrénie par le biais des recher ches qu’effectue la jeune fille à ce sujet. Ainsi, en tant que lecteur, on a l’impression de découvrir en même temps qu’elle la maladie dont souffre la mère de son amie et comment elle l’affecte.

Autre point fort de ce petit roman : l’élément «magie» que l’auteure lui a insufflé. Effectivement, Julia reçoit une aide bien parti culière dans sa quête pour comprendre ce qui arrive à la mère de son amie : Squiz, un écureuil pas ordinaire, et la boîte remplie d’objets magiques que sa grand-mère lui a léguée.

Bref, je m’adresse autant à toi qu’à tes parents cette semaine en disant que ce roman est vraiment très bien écrit, que le sujet est très bien pensé et recherché, et qu’il vaut la peine d’être lu pour un bon divertissement, mais également pour savoir ce qu’est la schizophrénie et pour cesser de juger les autres sans chercher à les comprendre.

Mini Passepeur T.4. : Les mauvais jeux de Mimi Bouh
de Richard Petit

Wow, il est vraiment trop le fun, ce petit album! Si le nom et la couverture soulèvent des interrogations dans ta tête, sache qu’il s’agit d’une sorte de petit roman du genre «dont tu es le héros». Le but, au fil des pages, est donc de tracer toi-même ta propre petite aventure, accompagné de ton ami Bobbi, un petit être vert et amusant. Cependant, fais attention, car la méchante Mimi Bouh adore mettre plusieurs obstacles sur le chemin qui doit te mener à la fin de cette aventure... C’est à l’aide de petits jeux éducatifs que tu pourras trouver la «bonne» fin à cette histoire. Un concept vraiment génial!

Mini Passepeur T.4. : Les mauvais jeux de Mimi Bouh
de Richard Petit
Boomerang éditeur jeunesse,
40 pages, dès six ans

Un caprice au dentifrice
de Jennifer Couëlle,
illustrations de PisHier

Un album tout mignon qui aidera votre enfant d’âge préscolaire à apprendre les jours de la semaine tout en rigolant beaucoup, et qui lui donnera peut-être un peu plus le goût de se brosser les dents à la toute fin! On ne sait jamais! Mais Palin, lui, fait tout, au départ, pour éviter d’avoir à se brosser les dents... Effectivement, chaque jour de la semaine semble présenter une nouvelle excuse à Palin pour ne pas se brosser les dents : soit il n’aime pas le dentifrice choisi par sa mère, soit sa brosse à dents le chatouille, soit elle disparaît mystérieusement... Avec de belles illustrations colorées et rigolotes, cet album charmera certainement votre enfant et le fera sourire... de toutes ses dents!

Un caprice au dentifrice
de Jennifer Couëlle,
illustrations de PisHier
Les Éditions de la Bagnole
(collection Palin),
32 pages, à partir de trois ans

L’ABC de Monsieur Pizza
d’Ohara Hale

Les Éditions de la courte échelle présentent un tout premier album bilingue. Et, honnêtement, il n’a jamais été aussi amusant d’apprendre l’alphabet que ça l’est avec Monsieur Pizza! À l’aide de chaque lettre, on visite le quotidien de Monsieur Pizza et on apprend ce qu’il aime faire ou ce qu’il aime moins. Par exemple, on le voit construire un igloo, faire des nouilles, répondre au téléphone et faire du yoga. Afin de respecter le concept bilingue de cet album, on trouve, sur la page de gauche, l’explication de l’activité de Monsieur pizza en anglais, alors qu’elle est en français sur la page de droite. Bref, une excellente façon d’apprendre l’alphabet à votre enfant tout en le familiarisant avec la langue anglaise!

L’ABC de Monsieur Pizza
d’Ohara Hale
Les Éditions de la courte échelle, 64 pages,
à partir de trois ans

À la mort de sa grand-mère, Julia reçoit en cadeau une boîte remplie d’objets mystérieux... Ne sachant pas trop à quoi ils servent, la jeune fille découvre qu’ils lui seront utiles pour aider sa voisine Charlie et la mère de celle-ci, qui souffre de schizophrénie. C’est grâce à ses nouveaux pouvoirs, à son ami l’écureuil et à beaucoup de courage que Julia arrivera à ouvrir les yeux de son entourage sur la schizophrénie...

Cette semaine, en découvrant ce roman jeunesse qui aborde la schizophrénie parmi les livres que je reçois quotidiennement, je me suis dit, avant même de le lire, que je devais absolument en parler. Pourquoi? Parce qu’on parle si rarement de cette maladie mentale, et encore moins dans la littérature jeunesse, qu’un livre sur ce sujet me fascinait et me surprenait à la fois...

S’adressant aux adolescents, l’histoire de Julia et de sa voisine Charlie, dont la mère souffre de schizophrénie, est touchante, divertissante, enrichissante et teintée de magie!

L’auteure Julie Vincelette a su décrire ses différents personnages avec précision et elle les a construits avec beaucoup d’intelligence, car ce sont tous des personnages forts et attachants. La petite Julia, plus particulièrement, est on ne peut plus mignonne. Et quelle jeune fille brillante et allumée!

D’ailleurs, c’était un excellent choix, de la part de l’auteure, que de nous parler de la schizophrénie par le biais des recher ches qu’effectue la jeune fille à ce sujet. Ainsi, en tant que lecteur, on a l’impression de découvrir en même temps qu’elle la maladie dont souffre la mère de son amie et comment elle l’affecte.

Autre point fort de ce petit roman : l’élément «magie» que l’auteure lui a insufflé. Effectivement, Julia reçoit une aide bien parti culière dans sa quête pour comprendre ce qui arrive à la mère de son amie : Squiz, un écureuil pas ordinaire, et la boîte remplie d’objets magiques que sa grand-mère lui a léguée.

Bref, je m’adresse autant à toi qu’à tes parents cette semaine en disant que ce roman est vraiment très bien écrit, que le sujet est très bien pensé et recherché, et qu’il vaut la peine d’être lu pour un bon divertissement, mais également pour savoir ce qu’est la schizophrénie et pour cesser de juger les autres sans chercher à les comprendre.

Commentaires