/news/currentevents
Navigation
Procès à Roberval

Elle aurait été agressée 2000 fois par ses frères

justice
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Claude Poirier, l’animateur de l’émission «Le Négociateur», s'est entretenu mercredi avec une femme originaire du village d'Albanel, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui s'apprête à témoigner contre deux de ses frères, le 13 mai prochain.

Elle accuse les deux hommes de l'avoir agressée sexuellement à environ 2000 reprises il y a une trentaine d'années.

Selon les informations qu'elle a données à l’émission, son supplice aurait débuté dans la grange, alors qu'elle n'avait que cinq ans.

Issue d'une famille de 12 enfants et de parents agriculteurs, ce n'est qu'à 22 ou 23 ans que la victime a trouvé le courage nécessaire pour lancer un cri du cœur à quatre de ses sœurs. Mais elle s'est butée à un écho hostile.

«Je l'ai fait pour moi, mais surtout pour mes enfants, parce que je n'étais plus capable de vivre avec ça», a-t-elle dit.

Aujourd'hui mère de plusieurs enfants, elle a préféré attendre que sa troisième fille soit suffisamment vieille pour comprendre la situation avant de pousser sa démarche jusqu'au bout.

«Je l'ai fait pour moi, mais surtout pour mes enfants, parce que je n'étais plus capable de vivre avec ça», a-t-elle expliqué.

Elle a accepté de lever un morceau du voile sur ce qu'une petite fille a dû subir.

«J'ai commencé à aller jouer dans la grange avec mes petits frères, pis les agressions avec mes grands frères ont commencé là, a-t-elle indiqué. À toutes les semaines. Ç'a commencé avec un, pis l'autre est rentré dans l'autre semaine. Il y en a un que c'était quatre fois pis l'autre deux fois par semaine. J'avais une journée de congé, c'était jamais la même. Ils me faisaient des attouchements sexuels, ils me forçaient à les toucher aussi.»

Puis l'intimidation lui a rapidement soutiré le goût de dénoncer ses bourreaux.

«Oublie pas ce que je t'ai déjà dit, tu le dis pas à papa et à maman, tu le dis pas à personne sinon je vais dire que c'est pas vrai pis en plus je te crisse une volée», lui aurait dit un de ses frères.

Alors elle a préféré se taire toutes ces années, espérant qu'un jour viendrait où la justice pourrait être faite, et que sa vie puisse reprendre son sens.

Le procès a été remis plusieurs fois, les accusés espérant qu'elle lâche enfin prise. Ils seraient même jusqu'à aller manipuler leur propre mère, décédée à 82 ans l'année dernière. Mais la victime est plus déterminée que jamais à faire payer ceux qui ont détruit une partie de sa vie.

 

 

Commentaires