/opinion
Navigation

Dénouement imminent

Coyotes de Phoenix
© Les archives AFP Coyotes de Phoenix

Coup d'oeil sur cet article

Fort probablement, les Coyotes de Phoenix seront écartés du portrait des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey.

Fort probablement, les Coyotes de Phoenix seront écartés du portrait des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey.

Mathématiquement, ils ne le sont pas encore, mais les chances qu’ils y parviennent sont minces, voire presque nulles.

L’an dernier, ceux-ci en avaient surpris plus d’un en se faufilant jusqu’en finale de conférence dans l’Ouest. C’est ce qui a probablement causé, en partie, le fait qu’ils ont continué d’évoluer à Glendale cette saison et qu’on nage toujours dans le néant actuellement.

Est-ce que la LNH peut se permettre d’exploiter le Jobing.com Arena gratuitement et de gérer cette franchise pour la cinquième année? J’en doute, mais on croyait la même chose l’an dernier, dois-je le rappeler.

Souvenons-nous, Bill Daly avait dit que les Coyotes ne seraient plus sous la tutelle de la LNH pour la saison 2012-2013 à pareille date l’an dernier sur les ondes radiophoniques de FAN590 à Toronto.

À la croisée des chemins

Il y a cependant quelques éléments qui me font croire que la LNH est à la croisée des chemins concernant l’avenir de la franchise.

Premièrement, la LNH n’a jamais démenti ou nié les informations que Darren Dregger, de TSN, a rapportées le 28 mars dernier. Dregger affirmait qu’une décision en lien avec les Coyotes pourrait survenir avant que les séries ne s’amorcent.

Deuxièmement, quelques jours plus tard, le 8 avril, le propriétaire du Wild du Minnesota, Craig Leipold, n’a jamais été rabroué par la Ligue.

Leipold affirmait à ce moment que «les Coyotes sont près d’être déménagés s’ils ne trouvent pas un propriétaire très bientôt, j’en suis convaincu», disait-il.

Il ajoutait même que «non seulement les Coyotes n’ont toujours pas de propriétaire, mais surtout, que ce n’est pas un marché de hockey.»

Normalement, la LNH se fait un malin plaisir de démentir ou de nier ce genre d’informations ou de déclarations. Ne réagissant pas aux déclarations de Leipold, la LNH endosse.

Si je regarde le calendrier, le 29 avril m’apparaît une date intéressante si la LNH a l’intention de faire ce que Dregger et Leipold ont dit.

Si c’est le cas, c’est mon anniversaire cette journée-là. Espérons que je passerai une bonne journée...

« Politically correct »

Plus près d’ici, Marcel Aubut, qui est certainement au fait de ce qui mijote dans les coulisses du «Country Club» de la LNH, s’est exprimé cette semaine sur des questions reliées au retour de la LNH à Québec.

À mon avis, Aubut a répondu de façon «politically correct» à ces questions qui l’ont déjà mis dans l’embarras par le passé.

Je soupçonne Marcel Aubut d’être un peu jaloux de tout l’intérêt qu’on porte autour d’un éventuel retour d’une équipe à Québec. Il ne le dira jamais, mais ne rêvait-il pas d’un amphithéâtre en 1995?

Quoi qu’il en soit, il gravite toujours dans les sphères de la LNH. Sa position au Comité olympique canadien et son statut d’avocat lui permettent de continuer d’entretenir ses liens avec des personnes d’influence dans le milieu.

Comme prévu, la Ville de Glendale a lancé lundi son appel d’offres pour la gestion de son amphithéâtre. Le 14 mai semble la date limite pour y souscrire.

De son côté, la NBA rendra sa décision à l’égard des Kings de Sacramento dans la première semaine de mai.

Je verrais mal la NBA déménager la franchise à Seattle, alors que le maire de Sacramento a déployé tous les efforts nécessaires pour garder la franchise dans ses murs. Quel message enverrait-on?

Commentaires