/lifestyle/psycho
Navigation
au travail !

Qui prend Marie prend pays (2)

Qui prend Marie prend pays (2)
Photo Fotolia Les enfants qui suivent leurs parents à l’étranger vivront des expériences culturelles enrichissantes tout en développant leur capacité à s’adapter aux changements.

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Claude (nom fictif), femme engagée de la génération X s’engage toujours dans des postes reliés à des revendications de droits sociaux ou à l’intégration des immigrants. Un jour, presque par hasard, elle tombe sur une offre d’emploi en coopération internationale en Afrique. Elle trouve que le poste lui va comme un gant, pose spontanément sa candidature et est choisie. Cette bonne nouvelle changera sa vie, mais aussi celle de toute sa famille.

Marie-Claude (nom fictif), femme engagée de la génération X s’engage toujours dans des postes reliés à des revendications de droits sociaux ou à l’intégration des immigrants. Un jour, presque par hasard, elle tombe sur une offre d’emploi en coopération internationale en Afrique. Elle trouve que le poste lui va comme un gant, pose spontanément sa candidature et est choisie. Cette bonne nouvelle changera sa vie, mais aussi celle de toute sa famille.

Suivre... ou pas Marie? Rien de surprenant: la candidature de cette femme d’action à l’esprit critique a été retenue. Marie-Claude aime porter un drapeau et changer le monde, elle est motivante et inspire confiance. Par ailleurs, son conjoint ne s’attendait vraiment pas à se retrouver face à la perspective de quitter le Québec pour ce lointain continent.

Marie-Claude est mère de deux adolescentes issues d’un premier mariage et d’un fils né de sa présente union. Son désir le plus cher est de partir avec son conjoint, ses deux filles de 13 et 16 ans et son fils de 3 ans (à l’époque). Les adolescentes ont le choix de rester au Québec et d’habiter chez leur père ou de suivre leur mère. Son conjoint a, quant à lui, une décision de taille à prendre. C’est fait, les cinq membres de cette famille reconstituée sont partis pour la Guinée il y a maintenant 3 ans.

Une amie reçoit régulièrement des nouvelles. Marie-Claude adore son travail, son mari a eu de la difficulté à trouver du boulot, mais récemment, il a obtenu un contrat. Les grandes filles et le petit bonhomme s’adaptent bien malgré certains problèmes d’adaptation. En somme, les nouvelles sont bonnes.

Rien n’est plus comme avant

Le conjoint de Marie vit une situation à laquelle il ne s’attendait nullement. Il est content d’être là et de partager cette expérience avec sa femme. Il a commencé par observer, questionner, écouter et par prendre soin de son jeune fils qui fréquente maintenant l’école.

Le contrat qu’il a récemment décroché lui permet de se sentir plus intégré et surtout utile. Il dit à son frère qu’il ne peut s’imaginer avoir raté l’occasion de vivre une expérience aussi enrichissante.

Quant aux deux adolescentes, elles fréquentent l’école de la région, se font des ami(e)s avec qui elles discutent, dansent, font la connaissance des parents, prennent conscience des problèmes des gens du pays, les partagent et surtout, elles découvrent une culture différente. Cela transformera nécessairement leur vision du monde. Pour tout ce monde, rien ne sera plus comme avant.

Les temps changent

Il n’y a pas si longtemps, monsieur était muté à l’étranger et madame suivait. Pour bien des couples, cela se passe encore ainsi. On peut d’ailleurs imaginer les parents des deux côtés répéter à la femme le vieux proverbe «Qui prend mari, prend pays».

Aujourd’hui, et le phénomène va s’accentuant, ce sont souvent à des femmes que l’on propose de partir travailler à l’étranger. C’est donc le conjoint qui se retrouve dans la position de choisir de rester ou de suivre en s’adaptant à la situation tout en s’organisant pour y trouver son compte.

Quant aux enfants qui suivent les parents, ils vivent certes des avantages sur le plan culturel, mais aussi des inconvénients, dont la perte d’amis d’ici et l’adaptation à un grand changement d’environnement. On peut d’ailleurs supposer que plus ils sont jeunes, plus l’adaptation est facile.

Qui vivra verra...

Quel impact ces expériences auront-elles sur l’avenir personnel et professionnel des conjoints et des enfants? À titre d’exemple, ces jeunes pourraient croiser là-bas un beau Valentin et adopter le pays qu’ils découvrent. Ou encore, revenir au Québec en couple avec peut-être même un bébé dans les bras.

Avec la mondialisation, nous verrons de plus en plus de familles suivre des «Marie» qui décrocheront des promotions, des contrats ou des postes à l’étranger. Un changement à surveiller.


www.moniquesoucy.com

Commentaires