/entertainment/music
Navigation
nouvel album

Daft Punk se réinvente

Daft Punk
photo courtoisie Un des albums les plus attendus de 2013, Random Access Memories de Daft Punk, devrait en déstabiliser plusieurs.

Coup d'oeil sur cet article

C’est un Daft Punk nouveau genre qui arrivera en magasin le 21 mai. Avec Random Access Memories, le célèbre duo français s’éloigne des sonorités électroniques qui ont fait sa renommée.

Écouté sous (très) haute surveillance dans les bureaux de Sony Music à Montréal jeudi dernier (un embargo mondial nous empêchait d’en parler), le quatrième disque du tandem surprend.

Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo y saluent la musique du tournant des décennies 1970 et 1980 au moyen d’instrumentations live. Huit ans après l’électro-house futuriste de Human After All, Daft Punk favorise aujourd’hui les grooves old school. La paire recourt toujours aux boîtes à rythmes, vocodeurs et autres synthétiseurs, mais avec plus de retenue.

Au total, 13 pistes. La plupart franchissant aisément le cap des cinq minutes. Parfois, ça fonctionne bien (la disco Give Life Back to Music avec Nile Rodgers). Parfois, ça tombe à plat (l’ennuyeuse Touch, un exercice de style d’une durée de huit minutes comptant sur la présence de Paul Williams).

Sorti le 19 avril, le premier single du disque, l’accrocheuse Get Lucky (avec Pharrell Williams) sera suivi de Lose Yourself to Dance, un autre morceau mettant en vedette le rappeur américain. On parle d’un morceau d’une grande simplicité (refrain répétitif, riff de guitare) misant sur la jolie voix de fausset – non trafiquée – de Williams.

Quant au troisième extrait radio, Sony Music confirme qu’il s’agit d’un instant Crush, une pièce plus ou moins dansante, mais résolument pop. Le leader des Strokes, Julian Fernando Casablancas, y déploie ses cordes vocales.

Marketing old school

Directeur du marketing chez Sony Music Canada, Craig Mannix révèle que Daft Punk adoptera une approche non-traditionnelle pour mousser la parution de Random Access Memories.

Pas de vidéoclip. Le groupe mise plutôt sur des affiches aux abords des grands boulevards. Toronto y aura droit. Montréal est ignorée.

«Ils veulent promouvoir le disque comme si MTV n’avait jamais existé, explique Craig Mannix. Ils contrôlent tout.»

Quant aux concerts, les fans québécois du groupe devront vraisemblablement attendre à l’an prochain avant d’apprécier le nouveau matériel sur scène. Le dernier spectacle de Daft Punk à Montréal remonte à l’été 2007. La formation s’était produite dans un Centre Bell survolté.

Nombreux collaborateurs

Un nombre impressionnant d’artistes ont collaboré au CD. Parmi eux, signalons Georgio Moroder, Chilly Gonzales (sur Within, une pièce mid tempo qui évoque l’acid jazz de St. Germain) et DJ Falcon (sur Contact, la dernière piste du disque, qui rappelle le Daft Punk de l’époque Discovery).

Selon Mannix, la formation devrait éventuellement lancer un CD comprenant des versions remixées des titres trouvés sur Random Access Memories.

  • Random Access Memories sort en magasin le 21 mai.

 

Commentaires