/lifestyle/psycho
Navigation
Au travail !

Qui prend Marie prend pays (3)

Marie active
photo fotolia Contrairement à leurs mères, les femmes de la génération des baby-boomers sont actives sur le plan professionnel et indépendantes financièrement.

Coup d'oeil sur cet article

Baby-boomer dans la mi-cinquantaine, Marie est une professionnelle en communication qui travaille à son compte depuis plusieurs années.

Baby-boomer dans la mi-cinquantaine, Marie est une professionnelle en communication qui travaille à son compte depuis plusieurs années.

Elle habite et travaille en ville. Son conjoint, Jérôme (le couple m’a donné la permission de mentionner leurs prénoms), est aussi un professionnel, travailleur autonome qui habite à la campagne. Son bureau a pignon sur rue dans la ville voisine. Cent cinquante kilomètres séparent donc ce couple...

LE BONHEUR EST... À PIED

Marie, une urbaine finie vit et travaille à quelques pas des épiceries, des boutiques, des bistros, des théâtres et des cinémas. Le Mont-Royal et les rues sales et transversales de Montréal sont les sentiers pédestres qui la tiennent en forme. L’été, sa galerie-terrasse est remplie de fleurs et de fines herbes, c’est son minipré en ville.

Ironie du sort, à la campagne à plein temps, elle se sentirait prisonnière. Elle aime bien, mais pour des escapades de temps à autre. Sa carrière, sa famille et ses amitiés ont, pendant plusieurs années, comblé sa vie. Maintenant qu’elle a un compagnon, elle aimerait vivre davantage de bons moments avec lui, toutefois, elle tient à son style de vie où tout, ou presque, peut se faire à pied.

LE BONHEUR EST DANS LE PRÉ

Jérôme est aussi un professionnel, travailleur autonome installé dans Lanaudière. Il vit dans une maison de campagne, son bureau a pignon sur rue dans une ville voisine et son réseau de clients se trouve bien sûr dans cette région.

Végétarien depuis des lunes, il aime la ruralité, ses rituels de récupération, sa routine de travail intellectuel l’hiver et de travail manuel l’été. Il se déplace souvent pour consommer de la culture: cinéma, théâtre, exposition, conférences, etc., mais, il tient à vivre à la campagne. Pour lui, c’est non négociable, car «le bonheur est dans le pré». 

UN DUO IMPROBABLE?

Ces deux professionnels, enracinés à 150 km l’un de l’autre et dans des environnements fort différents, possèdent tous deux une voiture. Par contre, les trois heures de route, aller-retour, beau temps mauvais temps, qui les séparent, les exaspèrent de plus en plus. Il arrive même qu’ils se disputent quant à savoir à qui incombera le prochain déplacement.

Elle a déjà rêvé d’avoir accès ou même de vivre dans une maison de campagne, mais son rêve s’est pour ainsi dire usé au fil des ans. Il a déjà habité en ville, il connaît bien, mais il préfère la campagne. Ils en sont là. Cette situation aura-t-elle raison de ce couple?

QUI PREND MARIE (OU MARI) PREND PAYS... 

Marie, issue de la première génération de femmes indépendantes, porte en elle les gènes de sa mère et de ses grands-mères.

Fera-t-elle la concession de fermer boutique, d’œuvrer autrement en région et de découvrir un milieu différent pour être plus près de son homme? Rien n’est moins sûr.

Jérôme pourrait-il être séduit par la proximité des lieux culturels et faire le choix d’une retraite anticipée, de s’impliquer en ville ou encore, de transférer une partie de ses activités professionnelles à la ville, pour rejoindre sa belle? Rien n’est également moins sûr.

À moins que le couple ne décide de faire la paix avec la distance et choisisse de vivre sa relation en percevant la route comme une belle occasion de détente... 

RIEN N’EST PLUS COMME AVANT

Aujourd’hui, la plupart des femmes vivent une vie différente de celle de leur mère. Elles sont actives sur le plan professionnel et surtout financièrement indépendantes, voilà qui change tout.

L’ancien adage «qui prend mari prend pays» ne veut plus rien dire pour elles. Si elles sont célibataires, elles veulent un amoureux, ajouter un «plus» à leur vie, mais sans perdre ce qu’elles ont créé et appré­cient encore plus que tout.

Dans le cas cité plus haut «qui prend Marie ou mari prend pays n’est vraiment pas évident». Le travail ou l’environnement de chacun demeureront-ils les critères les plus importants? Qui vivra verra... 

 

Commentaires