/news/currentevents
Navigation
Motards | Outlaws

« Plus dangereux que les Hells »

Outlaws
photo Le Journal de Montréal, Marc Pigeon Alex Caine, infiltrateur à la retraite, a publié un livre sur les Outlaws.

Coup d'oeil sur cet article

Un infiltrateur de gangs criminels a risqué sa vie pendant 30 ans au service de la justice. Maintenant retraité, il publie un livre sur les Outlaws, des motards rivaux des Hells Angels.

Un infiltrateur de gangs criminels a risqué sa vie pendant 30 ans au service de la justice. Maintenant retraité, il publie un livre sur les Outlaws, des motards rivaux des Hells Angels.

«Il y a un diable en arrière des Hells qui s’appelle Outlaws, affirme l’auteur Alex Caine, qui se cache derrière cette fausse identité pour sa sécurité. C’était important pour moi d’écrire sur eux, parce qu’ils sont là et que les gens ne les connaissent pas.»

Dans son troisième livre publié hier, M. Caine tient à établir la différence qui existe entre les Hells Angels et les Outlaws formés en 1935 à McCook, dans l’Illinois. Selon M. Caine, ces derniers seraient des motards hors-la-loi qui utilisent leurs activités criminelles pour profiter de leur mode de vie. Par contre, les Hells seraient des criminels qui se servent de l’image du motard pour effectuer des opérations criminelles.

«Leurs méthodes sont différentes, explique celui qui a infiltré de multiples gangs criminels pour la GRC et la Drug Enforcement Agency (DEA) aux États-Unis. Les Outlaws prennent leur temps pour envahir un nouveau territoire. Ils sont sournois. Moi, je les trouve plus dangereux.»

En sol québécois

C’est en 1977 que les Outlaws essayent de s’implanter au Québec, où les Hells prenaient du pouvoir.

«Avant les Rock Machines, il y a eu une guerre entre les Outlaws et les Hells Angels», assure Alex Caine.

Dans son livre, il décrit des scènes de violence entre les deux clubs, ici et un peu partout à travers le monde. On pense, entre autres, au 8 juin 1978, lorsque trois Hells ont été tués par balle dans un bar de Montréal. Ce soir-là, les Outlaws en avaient aussi blessé deux. Cette tuerie avait entraîné une sanglante vengeance des Hells à Charlotte, en Caroline du Nord, le 4 juillet de la même année.

À cette époque, les Hells avaient remporté la manche québécoise. Depuis, leurs rangs ont été décimés par des opérations policières d’envergure.

«Pendant ce temps, les Outlaws ont développé un système dans l’ombre des Hells, affirme l’infiltrateur, dont la carrière de choix était les arts martiaux. Mais c’est de plus en plus difficile de rester dans l’ombre. Ils sont maintenant tellement nombreux.»

Alex Caine rappelle que les Outlaws affichent leurs couleurs et brûlent les patchs des gangs qu’ils assimilent, contrairement aux Hells qui les conservent dans des caisses pour s’en servir afin de passer incognito.

«Les Hells s’affichent de moins en moins, conclut-il. Ça peut devenir une mafia. Là, on va être mal pris.»


Charlie contre les Hells, des Éditions de l’Homme, est présentement en kiosque.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.