/news/currentevents
Navigation
Agression sexuelle

40 mois pour un septuagénaire

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Line Girard est passée «de l’ombre au soleil», hier, lorsqu’elle a vu son agresseur Benoit Boutin être condamné à une peine d’emprisonnement de 40 mois.

«Je suis une grande fille maintenant», a-t-elle dit, rayonnante, à Boutin, lorsque ce dernier, âgé de 78 ans, quittait la salle d’audience pour être amené en cellule.

«Quand j’étais petite, il me disait toujours que j’étais une grande fille, mais ce n’était pas vrai. J’étais une enfant et on n’a pas le droit de faire ça à une enfant. Aujourd’hui, je suis une grande fille», a dit la dame âgée de 47 ans, un immense sourire sur le visage.

Boutin, qui est son oncle, l’a agressée sexuellement de façon répétée et en usant de violence psychologique lorsqu’elle avait entre 5 et 11 ans.

En 2007, après un long cheminement, la dame, qui combat un cancer depuis octobre dernier, a décidé de dénoncer son agresseur.

«J’ai promis à ma procureure (Me Nadine Dubois) que je n’allais pas lâcher, et je l’ai fait. On a une bonne justice, mais il faut être patient! Pour ma part, il aura fallu six ans, mais regardez: aujourd’hui, il a eu 40 mois!» a-t-elle dit.

Regrets

Dans ce long parcours, Mme Girard regrette de ne pas avoir dénoncé son agresseur plus tôt.

Cependant, elle a trouvé force et courage auprès de son conjoint. «Ce n’est pas facile pour les conjoints. Souvent surviennent des séparations, mais, nous, on est restés forts, et je pense que nous seront forts pour la vie», a-t-elle déclaré à son conjoint, Mario Roy, qui avait les yeux dans l’eau.

Commentaires