/lifestyle/psycho
Navigation
Au travail !

Triple tâche : travail, mère d’enfants et... de sa mère !

Triple tâche : travail, mère d’enfants et... de sa mère !
Photo fotolia La réalité des mères d’aujourd’hui est exigeante: elles doivent trouver un juste équilibre entre les besoins de leurs enfants et ceux de leurs parents... sans s’oublier.

Coup d'oeil sur cet article

Les femmes composent quotidiennement avec le travail et la famille. Mais la famille, ce n’est pas que les enfants, souvent leurs parents ont aussi besoin de visites, de soins et de temps.

Les femmes composent quotidiennement avec le travail et la famille. Mais la famille, ce n’est pas que les enfants, souvent leurs parents ont aussi besoin de visites, de soins et de temps.

D’ailleurs, je soupçonne que la semaine dernière, à l’occasion de la fête des Mères, deux ou même trois déplacements ont été incon­tournables pour rejoindre des mères de tous âges.

MÈRE HEUREUSE, MAIS...ESSOUFFLÉE

Une lectrice m’écrivait récemment ceci: «J’occupe un poste de contrôleur dans une entreprise qui a le vent dans les voiles. J’ai beaucoup de responsabilités et je dois être concentrée et efficace tous les jours. Je quitte le bureau souvent épuisée, mais j’aime beaucoup mon travail. J’entre ensuite à la maison et je deviens cuisinière, mère de deux fillettes d’âge scolaire et compagne d’un chum qui est père d’un ado (difficile) de 16 ans qui vit avec nous. Mon compagnon m’aide, mais je dois tout demander à la pièce. Ça va bien, mais j’avoue que c’est une chance que nous nous aimons beaucoup. Ma mère âgée vit seule et a de plus en plus besoin de moi, sa fille unique, pour ses visi­tes chez le médecin, ses achats, etc. Malgré l’aide du CLSC, pour certains rendez-vous ou courses, elle aime que je l’accompagne et je tiens à lui faire ce plaisir. Je ne suis pas malheureuse, au contraire je suis juste très occupée et essoufflée. Suis-je la seule à vivre cela?»

CONCILIATION TRAVAIL/FAMILLE INTERGÉNÉRATIONNELLE

Les jeunes mères au travail ont des parents et des grands-parents qui ont parfois besoin d’elles. Les mères d’adolescents ont en général des parents encore plus âgés, ce qui vient souvent avec des problèmes de santé, de déménagement, etc.  

À l’inverse, plusieurs jeunes grands-parents toujours au travail ont des petits-enfants pour lesquels ils veulent être présents. Ils ont souvent eux-mêmes leurs vieux parents en résidence qui résistent au temps et qui ont aussi besoin d’eux. Où cela s’arrête-t-il et quand? Disons que c’est ça, la «conciliation travail et famille intergénérationnelle» et que c’est une étape de vie intense et très exigeante.

JEUNES GRANDS-PARENTS

Une jeune grand-mère, Lise, toujours au travail, me racontait que son agenda témoi­gne autant de ses heures de travail, de soupers et d’activités avec ses amis que de journées pédagogiques des écoles fréquentées par ses petits-enfants. Elle appelle ça sa propre conciliation travail/famille.

Lise prend même des congés à ses frais pour passer ces journées épuisantes, mais stimulantes avec ses petits-enfants. Bien sûr, elle met l’accent sur les enfants, mais souvent en nettoyant le four à micro-ondes ou en faisant d’autres tâches, parce que sa fille débordée s’affaire tous les jours entre le travail, les cours de danse, le soccer, les lunchs à préparer, les achats, etc.

ÉTAPE DE VIE INTENSE ET EXIGEANTE

Est-ce ça la vie? Quant à moi, oui, avec un «ouf!» Ces situations décrivent avec réalisme la vie de plusieurs femmes de notre socié­té occidentale. J’en imagine d’ailleurs plusieurs opiner du bonnet en lisant ces lignes en pensant «ah bon, je n’suis donc pas la seule...».

Je sais que plusieurs pères courent aussi entre le travail, l’épicerie, la pratique de hockey de fiston et une visite chez les parents en passant. Je sais aussi que vous participez de plus en plus.

Mais, après les fleurs et les cadeaux de la fête des Mères, je veux reconnaître les mamans travailleuses qui ont de «la broue dans le toupet» et qui, trop souvent, se sentent coupables de ne pas arriver à tout faire à 100 % et de devoir dire des «je n’ai pas le temps» ou «désolée chéri, je suis trop fatiguée...».

STYLE DE VIE INTERGÉNÉRATIONNEL

Réussir votre propre conciliation impli­que des choix. À chacune de vous de préciser vos valeurs, priorités et choix pour réaliser à votre façon cette étape de la vie tout de même temporaire. Malgré l’exigence des tâches, sachez apprécier ce bout de vie qui passera malgré tout trop vite et qui vous réserve de très beaux souvenirs. Projetez-vous dans l’avenir. 


www.moniquesoucy.com

Commentaires