/sports/huntfish
Navigation
Chronique pêche

Le paradis du touladi

Coup d'oeil sur cet article

En route vers le lac Témiscouata, je me demandais ce qui allait se produire avec la pêche sur ce plan d’eau public. Après quelques heures à peine, j’ai vite compris que j’étais dans un véritable paradis de pêche pour la truite grise et la mouchetée.

En route vers le lac Témiscouata, je me demandais ce qui allait se produire avec la pêche sur ce plan d’eau public. Après quelques heures à peine, j’ai vite compris que j’étais dans un véritable paradis de pêche pour la truite grise et la mouchetée.

Depuis plusieurs années, le guide professionnel Bruno Morency, qui passe un mois là-bas en début de saison, me vantait les qualités de cet immense lac de 45 kilomètres de long. Véritable mer intérieure, il s’étend entre Squatec et Dégelis, dans la région du Bas-Saint-Laurent.

«Je crois sincèrement que ce lac est un des meilleurs dans le sud du Québec pour pêcher la truite grise, explique Morency. Avec ses profondeurs pouvant atteindre jusqu’à 75 mètres par endroits, il représente un habitat idéal pour cette espèce.»

En début de saison, la truite grise peut se capturer plus facilement en surface. Comme elle affectionne particulièrement les embouchures de rivières et les sites où l’eau est peu profonde, il faut savoir utiliser les techniques qui sont les meilleures pour avoir du succès, tenant compte de ces conditions spéciales.

Les dériveurs

Morency utilise des dériveurs de ligne pour permettre aux appâts de se rendre aux endroits stratégiques, là où le poisson est en chasse.

«L’utilisation de cette technique très simple permet d’aller passer les appâts directement sous le nez de la truite. Très souvent, comme l’eau du lac est claire, le poisson peut voir venir le bateau et se déplace. En faisant voyager les appâts loin de l’embarcation, il se méfie moins et attaque plus facilement les leurres.»

Les dériveurs sont de petites plaquettes en plastique avec un drapeau et deux pinces. Vous devez laisser filer environ 30 mètres de ligne avant d’installer votre dériveur, avec les pinces, après votre ligne. Avec cet outil simple mais d’une efficacité remarquable, vous allez pouvoir aller porter votre leurre là où vous le désirez.

Dans notre cas, rapidement, les grises ont attaqué les Thin Finn orange et les Rapalas dorés que nous leur avons présentés. Des spécimens de quatre à six livres sont venus nous visiter tour à tour. Vraiment, la qualité des poissons et les combats qu’ils livraient étaient remarquables.

Accès et règlements

L’accès au lac Témiscouata peut se faire facilement via les différentes rampes de mises à l’eau qui se trouvent dans les villages entourant le lac. Il y a des débarcadères dans les secteurs de Cabano, Notre-Dame-du-Lac, Dégelis et Squatec. Certains sont gratuits alors que, pour les autres, la somme demandée est minime.

«Personnellement, je recommande aux amateurs de s’équiper d’une embarcation d’au moins 16 pieds avec un moteur d’au moins 40 forces, souligne Morency. Le lac est placé dans un axe est-ouest. Le vent dominant de l’ouest peut augmenter rapidement et former de bonnes vagues de quatre à cinq pieds. Il est préférable de toujours vérifier la météo et de ne pas braver le lac s’il se déchaîne.»

La limite de truites grises est de deux par pêcheur par jour. Les spécimens que vous pouvez garder doivent avoir 55 centimètres et plus. La limite de truites mouchetées est de 15.

Si vous possédez votre bateau et que vous êtes à la recherche d’un site de pêche facilement accessible, à un coût raisonnable avec de bonnes chances de succès, inscrivez le nom du lac Témiscouata dans le haut de votre liste.

 

Commentaires