/sports/hockey
Navigation

Pile ou face?

mario roy

Coup d'oeil sur cet article

Personne ne peut prétendre savoir ce qui arrivera concernant l’avenir des Coyotes dans les prochains jours.

Personne ne peut prétendre savoir ce qui arrivera concernant l’avenir des Coyotes dans les prochains jours.

Chose certaine, la LNH devra prendre une décision très prochainement. Du moins, c’est ce que j’entends en provenance de plusieurs intervenants qui ont eu des échos du dossier récemment.

Gary Bettman subirait de fortes pressions de l’ensemble des gouverneurs de la ligue afin de résoudre le dossier. On me dit aussi que les options se font de moins en moins nombreuses...

Apparemment, le vote en défaveur du transfert des Kings de Sacramento vers Seattle par les gouverneurs de la NBA est la dernière option pour le commissaire qui est partie en fumée.

Celui-ci ne ferait pas autant d’efforts actuellement pour conserver les Coyotes à Glendale, car l’option de les transférer à Seattle était grandement considérée par celui qui a procédé à un réaménagement des divisions, en février, en prévision de la prochaine saison.

Bettman a son plan et fera tout pour lui être fidèle, mais il pourrait être dans l’obligation d’abdiquer un jour ou l’autre.

Je le dis depuis longtemps, il se pourrait que la LNH trouve un acheteur pour conserver les Coyotes à Glendale, mais le mur qui attend ceux-ci sera la capacité financière de la Ville pour accommoder tout investisseur désirant gérer le Jobing.com Arena.

La LNH sera tributaire de cette décision de l’administration municipale et devrait alors être obligée de «prendre une décision fâcheuse», comme le disait dernièrement l’adjoint au commissaire, Bill Daly.

Changement de discours

Interviewé cette semaine à Ottawa, on s’est perçu que Bettman change de discours tranquillement après qu’une question lui a été posée à l’égard d’un possible déménagement des Coyotes.

Dans le passé, Il avait l’habitude de répondre à cette question en mentionnant que des investisseurs «s’entassaient» pour se les payer, mais ce ne fut pas le cas cette semaine.

Il a répondu à cette même question par trois mots: «We hope not!». Est-ce qu’il craint maintenant de devoir en arriver à cette possibilité?

Il se pourrait aussi que ce que Réjean Tremblay affirmait cette semaine − et qui fut démenti par Québecor la même journée − s’avère si le statu quo perdure à Glendale.

D’ailleurs, l’acquisition de Gestev par Quebecor ajoute une nouvelle plateforme à l’entreprise. Une plateforme essentielle pour la suite des choses et bien plus...

Mais ne vous trompez pas, si les Nordiques devaient revenir dans la Vieille Capitale bientôt, nous aurons droit à la même face d’enterrement du commissaire qu’il avait à Winnipeg lors de l’annonce du retour des Jets, en 2011.

Don Maloney

Le directeur général des Coyotes, Don Maloney, a accepté une prolongation de contrat avec les Coyotes (LNH), vendredi.

Certains verront ce geste comme un signe de stabilité de la concession, mais j’aimerais cependant aviser ces personnes que Don Waddell (DG des Trashers d’Atlanta) avait accepté une prolongation de contrat de quatre ans avec l’équipe en 2011... avant que celle-ci déménage vers Winnipeg.

Clin d’œil de 18 ans

Il y a exactement dix huit ans aujourd’hui, Marcel Aubut et ses acolytes annonçaient le départ des Nordiques vers Denver, au Colorado.

Sur le coup de l’annonce, plusieurs journalistes n’y croyaient pas et même que certains croyaient qu’Aubut allait ressusciter l’équipe en sortant un lapin de son chapeau. On connaît la suite...

Aujourd’hui, Québec n’a jamais été aussi près d’un retour d’une équipe de la LNH, mais si les Coyotes ne viennent pas, il se pourrait fort bien qu’on attende encore quelques années avant d’espérer à nouveau.

Alors, pile ou face?

Commentaires