/sports/baseball
Navigation
Baseball

Bobby Jones a vécu son rêve

Bobby Jones
Photo Simon Cliche Bobby Jones apprécie son rôle d’entraîneur des lanceurs chez les Boulders.

Coup d'oeil sur cet article

Vivre la série du métro (Subway Series) en tant que porte-couleurs des Mets de New York est une chose. Y participer en série mondiale en est une autre.

En 2000, Bobby Jones (celui qui a fait ses débuts dans les ligues majeures en 1997, pas en 1992) a été un témoin privilégié de la série mondiale contre les Yankees. Aujourd’hui, Jones agit en tant qu’adjoint du gérant Jamie Keefe chez les Boulders de Rockland.

«En tant que partisan des Mets dans mon enfance, affronter les Yankees en Série mondiale a été un rêve qui s’est réalisé. Malheureusement pour nous, les Yankees ont gagné, mais c’est une expérience dont je me rappellerai toute ma vie. Pendant une série Mets-Yankees, toute l’attention des citoyens de New York est tournée vers le baseball.»

Outre sa participation à la Série mondiale, Jones, qui a disputé 99 parties dans l’uniforme des Rockies du Colorado, des Mets, des Padres de San Diego et des Red Sox de Boston, gardera toujours en tête son premier rappel dans la Ligue nationale.

À Rockland

«Mes plus beaux souvenirs sont le jour où j’ai atteint les ligues majeures et celui où j’ai foulé pour la première fois le monticule du stade Shea. Quand j’étais jeune, j’étais un ardent partisan des Mets et je me suis souvent rendu au stade Shea pour les encourager. C’était donc spécial de monter sur le monticule, dans l’uniforme des Rockies du Colorado, en 1997, et d’affronter l’équipe de mon enfance.»

Avant le début, Jones a reçu un appel du D.G. des Boulders lui offrant le poste d’entraîneur des lanceurs sous Jamie Keefe.

«Je n’ai jamais évolué au sein de la même équipe que Jamie, mais j’ai joué contre lui dans les ligues mineures. Lorsque je suis arrivé ici, la chimie entre nous deux s’est rapidement installée.

«Il s’agit de ma première expérience d’entraîneur au niveau professionnel, et jusqu’à présent, j’adore ça. C’est plaisant de retrouver l’ambiance d’une équipe de baseball.

De son côté, Keefe ne tarit pas d’éloges envers son adjoint. «Ça fait 12 ans que je suis gérant dans le baseball professionnel et je peux affirmer que j’ai appris autant en seulement trois semaines avec Bobby. Il est tout simplement génial.»

Commentaires