/slsj
Navigation
Conseil de ville

Taxer les barrages privés

La Ville serait sans dette si ces compagnies payaient des taxes appropriées

Conseil de ville
Photo d'archives Parlant d’efficacité énergétique, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, estime que la Ville n'aurait plus aucune dette si les compagnies qui exploitent des barrages privés sur le territoire payaient une taxe normale.

Coup d'oeil sur cet article

Après une prière sans protestation, le conseil de ville de Saguenay a voté à l’unanimité une résolution lors de la séance ordinaire, hier soir, à l’hôtel de ville, pour que soient taxés à leur juste valeur tous les barrages hydroélectriques situés sur le territoire.

Après une prière sans protestation, le conseil de ville de Saguenay a voté à l’unanimité une résolution lors de la séance ordinaire, hier soir, à l’hôtel de ville, pour que soient taxés à leur juste valeur tous les barrages hydroélectriques situés sur le territoire.

Selon le maire de Saguenay, Jean Tremblay, la Ville n’aurait présentement aucune dette si les compagnies qui exploitent ces installations payaient des taxes appropriées.

«Si on avait reçu une taxe normale depuis 1970, c’est certain qu’aujourd’hui nous n’aurions aucun déficit, puisque ce montant représente environ 10 millions $ par année», soutient le premier magistrat.

Le maire Tremblay estime que la situation doit être étudiée et que le gouvernement doit tenir compte de la résolution déposée par son conseil.

«C’est une injustice flagrante à l’avantage des grosses compagnies. Je ne vois pas pourquoi ils auraient un privilège spécial pour ne pas payer les mêmes taxes que tout le monde», déplore-t-il.

Saguenéens gagnants

Cette résolution découle d’une longue étude, d’une valeur de 150 000 $, confiée à Promotion Saguenay il y a quelques mois. «Le but premier de l’organisme est de servir les citoyens et ils ont fait un très bon travail dans ce dossier et ce sont les Saguenéens qui vont être gagnants», assure Jean Tremblay.

Rappelons que depuis 1970, les barrages hydroélectriques privés ne font pas l’objet d’une évaluation municipale.

«Non seulement les barrages ne sont pas évalués, mais depuis l’indexation qui a été passée en 1976, ils paient le même montant qu’auparavant, il n’y a jamais eu d’augmentation, mais là il faut que ça change», mentionne M. Tremblay.

Ce sont près d’une dizaine d’installations qui pourraient être touchées par cette résolution sur le territoire de Saguenay et encore davantage au Lac-Saint-Jean.

Une prière satisfaisante

Après plusieurs mois de délibération, le maire de Saguenay a finalement remporté sa bataille judiciaire la semaine dernière, lui permettant de réciter une prière avant chaque séance du conseil municipal.

C’est avec satisfaction qu’il l’a prononcée, hier soir.

«Je suis très heureux que ce soit enfin terminé. J’y suis parvenu grâce à l’appui de mon conseil qui m’a toujours soutenu dans mon combat. Sans leur soutien, je n’y serais pas arrivé», confie-t-il.

Le maire Tremblay a d’ailleurs été félicité par une citoyenne, lui qui ne s’attendait pas à voir un mouvement de protestation, hier, lors de la séance ordinaire. «Je ne croyais pas que ça allait causer un soulèvement. Je suis satisfait du jugement et le dossier est clos maintenant», conclut Jean Tremblay.

Commentaires