/news/provincial
Navigation
Enquête | Gouvernement

Problème avec le logiciel qui devrait signaler les problèmes

Informatique
© les archives Benoît Gariépy

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement peine à gérer efficacement son programme informatique qui sert justement... à informer le public si les projets informatiques du gouvernement sont gérés efficacement!

Le gouvernement peine à gérer efficacement son programme informatique qui sert justement... à informer le public si les projets informatiques du gouvernement sont gérés efficacement!

Le programme en question est le Tableau de bord sur l’état de santé des projets en ­ressources informationnelles. Il a été lancé en mai 2012 au coût de 75 000 $.

Ce programme permet de diffuser sur un site internet la progression des projets informatiques gouvernementaux de plus de

100 000 $ dans un élan de «volonté de transparence du gouvernement», comme on nous l’explique.

Toutefois, la justesse des renseignements publiés sur ce Tableau est contestée par ­plusieurs intervenants du domaine informatique dans la sphère publique.

Il devient difficile de comprendre comment un projet qui y est affiché comme «progressant comme prévu» est, en fait, en train de voir son ­budget et son échéancier exploser.

On dénonce des interprétations qui ­tendent à améliorer le portrait de certains projets informatiques. Le gouvernement a déjà reconnu que des améliorations devaient être apportées.

Pas de mise à jour depuis 2012

Malgré cela, aucune mise à jour du Tableau n’a été réalisée depuis 2012. La mise à jour prévue pour la fin mars a été retardée et n'avait toujours pas été ­effectuée au moment d'écrire ces lignes.

Initialement, le Tableau ­devait être mis à jour trois fois par an. Ces mises à niveau seront finalement bisannuelles.

Pendant ce temps, plus de 96 % des projets informatiques affichent toujours une petite «pastille verte», signe que le projet ­répond à la définition «progresse comme prévu», alors que ce n’est pas du tout le cas.

C’est aussi loin de correspondre au constat qu’avait fait le Vérificateur général, en 2011, comme le rappelle le député de la CAQ, Christian Dubé, qui fut l’un des premiers à remettre en question la crédibilité du Tableau.

Le vérificateur avait remarqué que les deux tiers des projets informatiques qu’il avait analysés ne respectaient pas leur ­budget, leur échéancier ou leur portée.

Notre Bureau d’enquête a constaté que ­plusieurs projets qui présentent un retard important sont présentement classés sur le Tableau dans la catégorie des projets en ­parfaite santé, alors que ce n’est pas le cas. (Voir des exemples dans le tableau ci-dessus).

Au Secrétariat du Conseil du trésor, on se défend en soutenant qu’il y a une différence entre un retard et un changement de besoin.

Le «coût d’un projet pourrait augmenter ou un échéancier pourrait être ­retardé non pas parce que le projet est en difficulté, mais plutôt pour tenir compte d’un contexte particulier ou parce que l’organisme avait apporté des modifications pour répondre à un nouveau ­besoin », commente le responsable des relations médias du ­Secrétariat du Conseil du trésor (responsable du Tableau de bord), Jean Auclair.

Le loup qui surveille les moutons

Par ailleurs, ce n’est pas le Conseil du ­trésor ou un fonctionnaire indépendant qui est responsable de déterminer si un projet est en santé ou non, a appris notre Bureau ­d’enquête, mais bien le plus haut dirigeant de l’organisme public réalisant le projet.

Ce sont donc les plus hauts dirigeants de la fonction publique qui s’autoévaluent.

Commentaires