/news/currentevents
Navigation
extradition | arthur porter

Son immunité mise en doute

Incertitude sur le statut diplomatique d’Arthur Porter, dont le Canada demande l’extradition du Panama

Son immunité mise en doute
Courtoisie/Police nationale du Panama Le Dr Arthur Porter a été arrêté le 27 mars au Panama en vertu d’un mandat d’arrêt international.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement de la Sierra Leone ne semble pas savoir si son propre ambassadeur plénipotentiaire Arthur Porter jouit de l’immunité diplomatique.

Le gouvernement de la Sierra Leone ne semble pas savoir si son propre ambassadeur plénipotentiaire Arthur Porter jouit de l’immunité diplomatique.

Après plusieurs jours de recherche pour les joindre, des porte-parole de la Sierra Leone ont commenté hier son arrestation. Ils se contredisent les uns les autres sur le statut d’ambassadeur d’Arthur Porter et personne ne sait s’il pourra évoquer l’immunité diplomatique.

Le gouvernement canadien essaie d’extrader le médecin pour qu’il réponde d’allégations de fraude et de recyclage des produits de la criminalité en lien avec la construction du CUSM, un projet de 1,3 milliard de dollars.

L’ancien directeur général du Centre universitaire de santé McGill aurait présumément offert ou vendu des informations privilégiées qui auraient permis au consortium de SNC-Lavallin de décrocher les contrats de construction du projet en 2010.

Incertitude en Sierra Leone

La mention de son immunité diplomatique est accueillie avec scepticisme dans son pays d’origine.

«Je ne suis pas convaincu qu’il pourrait recevoir l’immunité diplomatique. Je trouve déplorable qu’une personne comme ça puisse représenter la Sierra Leone», pense Jarrah Kawusu–Konté, directeur des communications au bureau du président de la Sierra Leone.

Abdulai Bayraytay, coordonnateur des communications nationales au bureau du porte-parole du gouvernement du pays, croit qu’Arthur Porter n’est pas ambassadeur et qu’il n’était pas en mission diplomatique.

«Même s’il était ambassadeur, les allégations de corruption ne seraient pas liées à son travail pour la Sierra Leone. Il devrait être traité comme n’importe quel Canadien, car il ne représentait pas la Sierra Leone», dit M. Bayraytay.

Arthur Porter n’a pas reçu d’appuis de la part du pays qu’il dit représenter. «Nous ne soutiendrons pas Arthur Porter. Nous ne soutiendrons personne qui est impliqué dans la corruption», lance-t-il.

Doute à Washington

L’ambassadeur de ce pays africain à Washington croit au statut de diplomate de Porter. «Le Dr Porter est un ambassadeur plénipotentiaire porteur d’un passeport diplomatique», déclare Bockari Kortu Stevens. Malgré ce statut et le passeport qui va avec, il n’a peut-être pas l’immunité diplomatique, selon lui.

«Ça dépend des circonstances diplomatiques. S’il n’était pas en mission diplomatique officielle, il ne peut pas avoir l’immunité.» À sa connaissance le Dr Porter n’était pas en mission.

L’avocat de Porter, Ricardo Bilonick, croit que tout cela ne fait aucun sens. «Ça vient d’une république de bananes», a-t-il déclaré.

Commentaires