/sports/others
Navigation
Tour de Beauce

Le Québec sur la carte

La présence de David Veilleux au Tour de France ouvrira des portes

Tour de Beauce
© Photo Agence QMI Le Belge Jasper Stuyven, vainqueur de la première étape, hier, entouré de l’Italien Andrea Peron (à gauche), troisième, ainsi que du Québécois Guillaume Boivin (à droite), membre de l’équipe nationale du Canada et deuxième au fil d’arrivée.

Coup d'oeil sur cet article

Pour les cyclistes David Boily et Guillaume Boivin, la participation de David Veilleux au Tour de France lancera un message clair au monde du vélo: le Québec ne doit plus être sous-estimé.

Il y a quelques années à peine, quelqu’un qui aurait lancé l’idée qu’un jour un Québécois prendrait part à la Grande Boucle aurait probablement passé pour un fou. Le 29 juin, la glace sera officiellement brisée pour les cyclistes de la Belle Province.

«Les performances de David vont ouvrir les portes et attirer la curiosité des équipes. C’est maintenant à nous d’en profiter. On part de loin en tant que tradition cycliste. Au moins, le premier pas est fait», estime Boivin, qui s’aligne pour l’équipe nationale canadienne de cyclisme.

«Dans toutes les autres équipes, les gens sauront qu’un Québécois a déjà fait le Tour de France et qu’on est capables d’aller vite en vélo. C’est un indicatif que c’est possible d’être bons même si nous vivons dans un pays nordique», estime pour sa part Boily.

Objectif réalisable

En l’espace d’une semaine, ce qui était souvent considéré comme un rêve pour plusieurs Québécois est devenu un objectif réalisable.

Pour David Boily, la présentation des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal a permis à certaines équipes de réaliser que le Québec avait un bon potentiel de coureurs.

«C’est de plus en plus possible de se faire valoir au niveau Pro Tour», estime le cycliste de l’équipe Amore Vita. Ce dernier cite entre autres l’exemple de François Parisien. Dixième l’an dernier à Québec, il s’aligne cette année au sein de l’équipe Argos-Shimano.

«Ce sont des courses qui nous favorisent et nous permettent de nous montrer.»

Dopage

Inévitablement, lors de l’annonce officielle de la participation du cycliste d’Europcar au Tour de France, plusieurs accusations de dopage ont été lancées par à peu près n’importe qui à Veilleux. Une réaction compréhensible, estime Boivin.

«Malheureusement, je peux comprendre ces réactions en raison du passé du cyclisme. Toutefois, le passé n’est pas garant du futur.»

Le cycliste de 24 ans croit que l’émergence de Veilleux, ainsi que de François Parisien, qui a terminé 10e l’an dernier au Grand Prix cycliste de Québec, n’est qu’une preuve que le sport tend à changer.

«L’émergence des Canadiens et des Québécois au plus haut niveau est juste une preuve que le sport est de plus en plus propre. Ce n’était pas dans nos traditions, le vélo. On n’a jamais été exposés à ça (le dopage) contrairement à d’autres pays.»

Commentaires