/sports/hockey
Navigation

Seattle? Pas maintenant

Mario Roy

Coup d'oeil sur cet article

C’est fait, Gary Bettman l’a affirmé à mots couverts, mercredi, dans son point de presse, la LNH ne veut pas être blâmée si elle devait quitter Glendale.

C’est fait, Gary Bettman l’a affirmé à mots couverts, mercredi, dans son point de presse, la LNH ne veut pas être blâmée si elle devait quitter Glendale.

À plusieurs reprises dans le passé, je l’ai dit et écrit. En affirmant que la puck est maintenant dans le camp de la Ville de Glendale, Bettman ne veut être accusé à tort d’un déménagement en ce qui concerne les Coyotes.

Le même soir, la ville de Glendale répliquait en dévoilant publiquement les noms des soumissionnaires qui ont répondu à l’appel d’offres pour gérer le Jobing.com Arena.

Si on traduit, la Ville réplique à la Ligue en disant: «Vous nous avez présenté RSE, mais ils ne seront pas les seuls à vouloir gérer notre infrastructure et pas nécessairement avec votre équipe».

Hier, comme prévu, les élus municipaux de Glendale votaient leur budget pour la prochaine année fiscale. Officiellement, ce budget attribue 6,5 millions de dollars pour la gestion du Jobing.com Arena.

Même si le processus du choix du gestionnaire est prévu pour le 25 juin, je doute que la LNH attende cette date pour enclencher le processus pour la prochaine étape.

Plusieurs théories

Plusieurs journalistes collés aux activités quotidiennes de la LNH véhiculent présentement leurs théories concernant les villes susceptibles d’accueillir les Coyotes si jamais ceux-ci étaient appelés à déménager.

La majorité d’entre eux avancent que la ville de Seattle serait l’option numéro un de la ligue. Je l’ai déjà écrit dans cette chronique, Seattle sera éventuellement un marché de qualité le jour où celle-ci aura fait ses devoirs et rempli les conditions pour accueillir une concession de la LNH. Pas avant.

Ces conditions n’ont pas changé. Bettman a toujours répété que ça prend un amphithéâtre répondant aux normes de la ligue, un marché et un propriétaire de qualité.

Le Key Arena de Seattle a une capacité maximale de 11 000 sièges en configuration hockey sans ligne de visibilité obstruée. Seattle a vu quitter son équipe (Thunderbirds) de la WHL du Key Arena en 2009 parce qu’il était mal adapté pour le hockey pour les raisons suivantes:

- Les lignes de vision obstruées pour plusieurs sièges parce que l’amphithéâtre a été conçu pour le basketball.

- La surface de jeu est tellement décentrée de l’enceinte que le tableau indicateur est sur un mur d’une extrémité de celle-ci.

Alors comment la LNH accepterait un amphithéâtre comme le Key Arena alors que celui-ci ne correspondait pas aux normes de la WHL?

De plus, le projet de construction d’un nouvel édifice à Seattle est sur la glace depuis que la NBA a refusé d’y déménager les Kings de Sacramento et cela a été confirmé par un représentant du maire de Seattle sur les ondes du 93, hier matin.

La toute dernière ville à être sortie du lot: Las Vegas. À plusieurs reprises, on a entendu ce nom être prononcé pour y établir une équipe de la LNH.

Il est vrai qu’il y a un projet de construction d’un nouvel amphithéâtre, mais celui-ci date de 2008 et, depuis, pas de nouvelles du promoteur en question...

Vegas est, à mon avis, tout sauf une ville de sports professionnels. Cette ville qui vit uniquement au rythme du tourisme a dû, dans les dernières années, se mettre à quatre pattes et supplier Céline Dion afin de relancer son économie locale.

De plus, Selon le Bureau of Labor Statistic, Las Vegas avait un taux de chômage de 9,6 % en avril 2013.

Mémoire courte

Par ailleurs, on semble avoir la mémoire courte concernant ce que Bettman répète depuis 2010 sauf évidemment cette année compte tenu du contexte évident:

«À un certain moment quand le contexte sera le bon, j’aimerais revenir aux endroits où nous étions avant. Des endroits qu’à l’époque, nous n’avions pas le choix de quitter.» — Gary Bettman

Je m’en tiens aux faits ici et ce n’est pas parce que je milite pour le retour des Nordiques que je ne sais pas reconnaître la qualité d’une bonne ville de hockey candidate et une mauvaise.

Commentaires