/slsj
Navigation
À la une | Bagotville

Deux records fracassés

Le soleil et les festivaliers étaient au rendez-vous pour la 60e édition du festival

Coup d'oeil sur cet article

Les astres sont alignés pour faire du 60e festival aérien du Saguenay—Lac-Saint-Jean un succès. Après la première journée, deux records ont été fracassés et les organisateurs peuvent dire mission accomplie.

Plus de 50 000 spectateurs ont envahi la troisième escadre de Bagotville hier pour voir des pilotes d’avion, d’hélicoptère et des parachutistes leur en mettre plein la vue.

«Il est encore tôt pour le confirmer, mais on estime que le record d’achalandage a été battu aujourd’hui (hier). Nous avons une belle variété de spectacles qui plaisent aux jeunes et moins jeunes. Avec la belle température, nous sommes comblés», soutient le président du spectacle aérien, le lieutenant-colonel Louis-Henri Rémillard.

Le lieutenant-colonel tient à souligner le travail de l’imposante équipe de bénévoles et d’employés qui ont uni leurs efforts pour faire de l’événement une réussite.

«C’est tout un défi du point de vue de la logistique. Nous pouvons compter sur plus de 1200 bénévoles et nous travaillons en étroite collaboration avec la Ville de Saguenay et la Sécurité publique», mentionne M. Rémillard.

Spectaculaire record canadien

Les nombreux spectateurs réunis sur le tarmac de la base militaire ont eu droit à une spectaculaire course entre un camion muni de trois réacteurs d’avion et un avion de type CF-18. Un imposant mur de feu a couronné cette démonstration.

«Pour rendre la course spéciale, nous avons décidé de battre le record canadien du plus long mur de feu. À l’aide de 700 bidons d’essence et de cordons détonants, nous avons créé un mur long de 5000 pieds, soit 1000 pieds de plus que la marque précédente. C’était vraiment beau à voir et je crois que les gens ont apprécié», affirme le directeur des communications du spectacle, Éric Gagnon.

Navettes surchargées

Environ 50 navettes de la Société de Transport de Saguenay avaient été prévues pour transporter les curieux jusqu’à la base militaire de Bagotville. Offert gratuitement par la STS, le service de transport en commun a été plus populaire que prévu.

«Nous avions prévu cinquante navettes dans trois points de service différents, mais en fin d’après-midi, les responsables de la STS nous ont informés que le compte était désormais à 72. Ça montre combien les spectateurs ont été nombreux», conclut Éric Gagnon.

Commentaires