/news/currentevents
Navigation
L’avocate du journal

Un verdict étonnant

Coup d'oeil sur cet article

La tâche du jury était loin d’être simple : aucune preuve directe expliquant la mort des enfants et deux hypothèses complètement différentes présentées par la poursuite. Dans ces circonstances, on peut certes parler d’un verdict pour le moins étonnant.

La Couronne n’avait pas le fardeau de prouver la façon exacte dont l’accusée a tué ses enfants, mais le jury devait être convaincu qu’elle l’a fait.

Ainsi, il est théoriquement possible que la moitié des jurés croient à l’injection d’insuline alors que l’autre moitié adopte le scénario de la privation d’oxygène dans la chambre hyperbare.

On ne connaîtra jamais le fond de la pensée des jurés. Mais une chose reste certaine, tous ont cru qu’Adèle Sorella a tué Amanda et Sabrina.

Preuve circonstancielle

Aucun témoin du crime, peu de preuves matérielles, aucun aveu de l’accusée. La preuve de la poursuite était plutôt faible.

En effet, on a présenté au jury une preuve circonstancielle, c’est-à-dire des éléments avec lesquels on tente d’expliquer le crime indirectement, par exemple l’attitude de l’accusée en interrogatoire, ainsi qu’avant et après le drame.

Des preuves qui, prises isolément, ne prouvent rien, mais mises ensemble forment un tout incriminant.

La couronne a plaidé que l’accusée a eu l’opportunité exclusive de commettre le crime, que personne d’autre n’a pu le faire et qu’il n’y a pas d’autres explications possibles. C’est manifestement ce que le jury a adopté comme raisonnement en la déclarant coupable de meurtres prémédités.

Commentaires