/news/currentevents
Navigation
Soins | Animaux

Des visites qui tournent mal

Plusieurs personnes prétendent que des vétérinaires ont tué leur animal

Coup d'oeil sur cet article

Des forums sur internet regorgent d’histoires de propriétaires d’animaux ayant vécu une mauvaise expérience avec un vétérinaire et dans plusieurs cas aucune plainte n’a été déposée à l’Ordre des vétérinaires.

L’organisme Québec Animaux, qui milite contre la cruauté envers les animaux, reçoit régulièrement des témoignages à cet effet sur sa page Facebook.

«On reçoit même des courriels de gens qui prétendent que le vétérinaire a tué leur animal. J’ai vu passer près d’une trentaine de cas au cours des trois ­dernières années», affirme la porte-­parole Chantale Rondeau.

«C’est clair: la grande majorité des médecins vétérinaires font un excellent travail. Mais, dans notre milieu, des noms circulent. Les mauvais vétérinaires ne sont pas dénoncés ouvertement, mais on les connait par le bouche-à-oreille», dit-elle.

L’Ordre des vétérinaires à l’affût

Néanmoins, Chantal Rondeau estime que l’Ordre des vétérinaires exerce un bon contrôle de manière générale quant à la qualité des soins prodigués par les vétérinaires.

C’est aussi l’opinion d’Alanna Devine, directrice pour le bien-être animal à la SPCA de Montréal.

«L’Ordre est là pour agir en cas de ­besoin. Si quelqu’un nous contacte à ce sujet, nous n’avons pas le choix de le ­référer à l’Ordre. Nous fonctionnons un peu comme la police: nous n’agissons que si un acte criminel a été commis et qu’il y a des preuves.»

De son côté, l’Ordre des vétérinaires assure que de plus en plus en gens ­n’hésitent plus à contacter le syndic en cas de besoin.

«Les gens s’informent de plus en plus et c’est une très bonne nouvelle», souligne Dr Bergeron. Nous sommes conscients de notre devoir de vigilance.»


Quoi faire si on croit que son animal a été maltraité ?


Les conseils d’Alanna Devine, directrice pour le bien-être animal à la SPCA de Montréal.
Les symptômes à surveiller: «C’est très difficile à ­évaluer. L’animal, même s’il a été maltraité, ne sera pas nécessairement plus ­peureux ou agressif. Il faut essayer de repérer les ­blessures physiques.»
Quoi faire: «Il faut s’assurer que l’animal soit vu par un vétérinaire ou un expert s’il a été blessé. Il faut aussi prendre des photos et amasser le plus de preuves possible.»
Qui contacter: «Il existe trois options: la SPCA, la police ou l’Ordre des ­médecins vétérinaires, si la plainte vise un ­vétérinaire.»
La médecine vétérinaire en chiffres


On compte 2,5 millions de chats et de chiens au Québec et environ 2300 médecins ­vétérinaires.
En 2009, les ménages québécois qui possédaient un animal ont dépensé en moyenne 580 $ pour leur entretien, pour un total de 918 millions de dollars.
Commentaires