/sports/huntfish
Navigation
Plein air | Chasse et pêche

Malgré tout, les poissons sont toujours là

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de la saison, les conditions de pêche ont été très différentes de celles auxquelles les pêcheurs ont été habitués à cette période de l’année.

Depuis le début de la saison, les conditions de pêche ont été très différentes de celles auxquelles les pêcheurs ont été habitués à cette période de l’année.

Après le froid, le vent et la pluie, voilà que la chaleur s’est installée, ce qui a découragé bien des pêcheurs. Pourtant, les poissons sont toujours là et doivent encore se nourrir.

«Lorsque les conditions changent autant, il faut tout simplement adapter nos techniques de pêche, explique le guide professionnel, Bruno Morency. Même si le vent est très fort, si la pluie brouille l’eau au maximum ou encore si la chaleur est de la partie, le poisson doit toujours se nourrir pour survivre.»

Sans parler de recettes miracles garantissant des résultats, cet expert croit qu’il faut donner aux poissons ce qu’ils recherchent, selon les conditions du moment.

L’eau trouble

Rappelant que le poisson utilise trois sens pour trouver ses proies dans l’eau, la vision, l’odorat et les vibrations, M. Morency précise comment agir en eau trouble.

«Avec les précipitations des dernières semaines, l’eau du fleuve et de plusieurs lacs est devenue semblable à du café, obligeant le poisson à utiliser d’autres sens que la vue pour se nourrir. Le pêcheur doit se tourner vers l’odorat et les vibrations pour attirer le prédateur.»

L’odorat chez le poisson est très développé. Il peut sentir de la nourriture ou une proie à plusieurs mètres de lui. «Un petit truc en passant, c’est d’ajouter des odeurs appropriées sur vos leurres pour les espèces que vous pêchez. Cela augmentera vos chances de succès, assure M. Morency. Elles rendront le poisson moins méfiant.»

S’il ne peut pas voir sa proie ou encore la sentir, il ressentira les vibrations créées par les mouvements des petits poissons autour de lui. Grâce aux lignes latérales de son corps, le poisson pourra repérer sa proie à plusieurs mètres, sans la voir. Il pourra aussi savoir sa grosseur, sa vitesse et sa direction, sans l’avoir vue. Il faut utiliser des leurres qui produiront des vibrations dans l’eau.

La chaleur

Durant les périodes de canicule, vous devez changer votre approche et votre façon de faire.

Pour trouver sa zone de confort, le poisson identifiera une fosse où il pourra trouver sa température d’eau idéale pour sa qualité de vie. Il la choisira toujours tout près d’un plateau d’alimentation, où il pourra trouver facilement ce dont il a besoin pour se nourrir.

Très souvent, ces plateaux se trouvent au milieu de nulle part sur un lac. Cela signifie donc un travail de recherche de votre part. Lorsque vous trouverez une zone d’eau peu profonde dans une baie par exemple, cherchez s’il y a une fosse à proximité. En pêchant le long des bords de la fosse en question, vos chances de capturer du poisson sont excellentes.

Un principe important à respecter est d’éloigner l’hameçon de votre cuillère, parce que le poisson est plus méfiant et craintif. Un avançon de 24 pouces (60 centimètres) et plus sera certainement un bon atout.

Le vent du Nord

N’allez surtout pas parler à Bruno Morency du vieil adage qui dit «Vent du Nord, rien ne mord».

«Lorsque les lacs se font brasser en raison des grands vents du Nord qui peuvent durer plusieurs jours, le poisson doit se nourrir quand même. Il profitera alors de la présence de sédiments en eau peu profonde, pour aller s’y camoufler pour se nourrir plus facilement. C’est là qu’il faut le chasser», précise l’expert.

Dans de telles conditions, l’expert recommande d’utiliser des appâts plus légers qui pourront mieux flotter dans cette eau trouble. Vos chances de succès seront bonnes. Personnellement, j’ai eu d’excellents résultats dans des conditions de grosses vagues et d’eau trouble, le long des berges, alors que les autres pêcheurs ne voulaient pas tenter leur chance.

Commentaires