/sports/golf
Navigation
Golf

Un week-end important

Sara-Maude Juneau
Photo les archives, AFP La victoire de Juneau lui donne beaucoup d’espoir, alors qu’elle espère retourner sur le circuit de la LPGA.

Coup d'oeil sur cet article

Je n’ai peut-être pas été en mesure de me qualifier pour le US Open qui a eu lieu du 27 au 30 juin dernier, mais j’aurai une chance d’obtenir mon laissez-passer pour le British Open jeudi et vendredi.

Je n’ai peut-être pas été en mesure de me qualifier pour le US Open qui a eu lieu du 27 au 30 juin dernier, mais j’aurai une chance d’obtenir mon laissez-passer pour le British Open jeudi et vendredi.

Je prendrai le départ à 12 h 55 aujourd’hui sur les allées du Grey Silo Golf Course de Waterloo en Ontario dans le cadre de la Classique Financière Manuvie de la LPGA. Comme à chaque tournoi, j’espère bien faire, mais l’issue des deux premières journées de cet événement sera particulièrement importante.

En fait, près d’une centaine de golfeuses sont déjà qualifiées pour le prestigieux British Open. Les cinq meilleurs résultats des deux premières journées parmi les golfeuses qui n’ont toujours pas leur place à ce tournoi l’obtiendront. Cette année, le tournoi aura lieu sur le légendaire Old Course à St Andrews, dans le comté de Fife, en Écosse.

Comme je me dis depuis le début de ma première année sur le parcours de la LPGA, j’essaie de ne pas mettre de pression. J’ai réalisé que ça ne servait en rien ma cause. Je ferai de mon mieux et on verra ce qui arrivera par la suite.

Des roulés à peaufiner

Une chose est claire et nette: si je veux espérer obtenir mon droit de jeu pour le British Open, je devrai mieux jouer sur les verts que je l’ai fait la semaine dernière Championnat féminin de la PGA du Canada.

Lors de ce tournoi, qui n’est pas régi par la LPGA, j’ai éprouvé plusieurs difficultés avec mes coups roulés. C’est vraiment dommage puisque j’ai vraiment bien frappé la balle. Toutefois, ma lecture des verts m’a coûté plusieurs coups. J’ai remis des cartes de 74 et de 75.

Ce n’est pas quelque chose de commun chez moi. Ce sont les verts de ce terrain qui m’ont donné du fil à retordre. Il y a deux facteurs qui font en sorte que tu réussiras ou non un roulé: la ligne et la vitesse. Si tu n’as pas un des deux, ce n’est pas bon. C’est vraiment un mélange des deux qui fait en sorte que tu réussiras ou non un putt.

Séjour à Toronto

Malgré tout, le dernier week-end m’a permis en quelque sorte de décrocher. J’ai tout de même joué au golf dans un cadre de compétition mais j’ai également eu l’opportunité de revoir plusieurs amies avec qui je n’avais pas eu de contact depuis quelque temps.

En plus, c’est mon frère Marc-Antoine, qui demeure à Toronto pour l’été, qui a été mon cadet lors des deux journées de compétitions.

Puis j’ai également pratiqué mon sport préféré dans un cadre un peu moins sérieux. Samedi dernier, l’homme qui héberge mon frangin m’a accompagné pour une ronde au Mississauga Country Club, un très beau parcours de golf.

En parlant de terrain, j’ai joué au Grey Silo Golf Course de Waterloo, lundi. J’ai beaucoup aimé et j’ai hâte que le tournoi commence. Mieux encore, mes parents seront de passage et m’accompagneront cette semaine!

La Saint-Jean du Canada

Je suis arrivé à Toronto le 1er juillet. Honnêtement, je ne connaissais pas l’ampleur de l’importance de cette journée pour les Canadiens en dehors du Québec.

J’ai été vraiment surprise de voir tout le monde habillé en rouge et vêtu de chandails où on pouvait lire «I am Canadian» ou «I love Canada». Les gens étaient vraiment patriotiques.

Propos recueillis par Kevin Dubé

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.