/slsj
Navigation

La Couronne réclame 7 ans

«C’est une cause parfaite qui vous permet d’être sévère pour envoyer un message clair»

La Couronne réclame 7 ans
Photo Roger Gagnon Terry Gravel présentait un taux d’alcoolémie de .263 lorsqu’il a causé la mort de Johanny Simard.

Coup d'oeil sur cet article

Les parents de Johanny Simard, cette jeune fille de 15 ans, tuée le 9 mars dernier, à Saint-Ambroise, par un chauffeur ivre, réclament une peine exemplaire à l’endroit de l’accusé. Terry Gravel, 42 ans, connaîtra son sort le 21 août prochain.

Gravel présentait un taux d’alcoolémie de .263 lorsqu’il a causé la mort de la fille unique en mars dernier, et ce, en plus d’être déjà sous une interdiction de conduire liée à un autre cas de conduite avec les facultés affaiblies.

Hier matin, le beau-père de Johanny a livré un vibrant témoignage de plusieurs minutes en demandant au tribunal de se servir de la cause de Terry Gravel pour faire jurisprudence au Québec.

«Les torts qu’il a faits à notre famille sont irremplaçables. La douleur de perdre son unique fille, une amie, une confidente, mon bébé comme je l’appelais, est insupportable. C’est comme si la terre arrêtait de tourner», a-t-il lancé dans la salle d’audience, visiblement ému.

Dans un témoignage qui fait un peu plus de quatre pages, Luc Simard explique ce que sa famille et lui doivent vivre depuis la mort de Johanny. «Le cauchemar qu’il nous a fait vivre quand l’hôpital de Jonquière nous a appelés pour nous rendre, en ne sachant rien de ce qui se passait sur les lieux. Quand ça a été l’identification du corps, c’était apocalyptique. Je vous le jure, M. le juge, ça a été le pire moment de ma vie», soutient M. Simard.

Peine de sept ans demandée

Le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Michael Bourget, réclame une peine d’emprisonnement de sept ans pour Gravel. «C’est un dossier criant de facteurs aggravants. C’est une cause parfaite qui vous permet d’être sévère pour envoyer un message clair. Les dossiers de facultés affaiblies, il va falloir que ça cesse un moment donné», a déclaré l’avocat de la couronne.

En défense, Me Pierre Gagnon plaide plutôt en faveur d’une sentence de quatre ans, prétextant que son client n’était pas lui-même lors du drame. «À la suite du décès de sa mère, qui l’a lourdement affecté, il a vécu une désorganisation personnelle qui a entraîné l’abus d’alcool et ses conséquences», a-t-il affirmé au juge Pierre Lortie.

«Je suis ici pour me faire juger»

Afin d’exprimer ses remords, Terry Gravel a lu une lettre qu’il a rédigée lui-même tout juste avant de quitter la salle du tribunal. «J’aimerais ça revenir en arrière, mais je ne peux pas. Ce qui s’est passé est impardonnable. Je suis ici pour me faire juger. Si ça peut atténuer votre douleur de me détester, allez-y. Mes sincères regrets», a-t-il prononcé.

Le juge Pierre Lortie fera connaître sa sentence le 21 août prochain.

Commentaires