/slsj
Navigation
Premières Nations | Mashteuiatsh

Il y en a pour tous les goûts

Tout est prêt pour un septième du Grand rassemblement des Premières Nations

Coup d'oeil sur cet article

Le septième Grand rassemblement des Premières Nations accueillera plus de 10 000 visiteurs ce week-end à Mashteuiatsh au Lac-Saint-Jean. L’occasion est parfaite pour échanger et partager des traditions millénaires.

Tout est en place pour faire de la septième édition un franc succès selon la responsable de l’organisation, Christine Germain. «Il fait beau et chaud et ça devrait être ainsi tout le week-end. C’est plaisant de voir les gens affluer en si grand nombre. Ça démontre que les gens s’ouvrent à d’autres horizons», mentionne la dame.

Mme Germain soutient que l’objectif principal des quatre jours de festivités est en fait plutôt simple. «Nous avons mis l’activité sur pied pour rassembler non seulement toutes les Premières Nations, mais aussi réunir des gens de tous les milieux. C’est un événement de partage et de mélange de cultures», explique-t-elle.

Pow-wow

La responsable de l’organisation est particulièrement fière de la grande diversité des activités offertes tout au long du Grand rassemblement des Premières Nations. «Nous avons de tout pour tous les goûts. Il y a des grands pow-wow, toutes sortes de danses, des préparations de plats traditionnels et même des compétitions sportives», énumère Christine Germain.

La dame invite d’ailleurs les gens à assister au triathlon traditionnel. «C’est une discipline vraiment spectaculaire qui vaut le déplacement. Il y a le port du sac de sable, le portage du canot et une distance à franchir sur l’eau. Ce sont des épreuves que devaient accomplir nos ancêtres», raconte Mme Germain.

De plus en plus gros

La septième édition s’annonce pour être un succès sur toute la ligne, ce qui force les organisateurs à réfléchir sur le prochain grand rassemblement. «L’important est de se renouveler chaque année. Il faut avoir beaucoup de diversité pour que ça fonctionne. Disons que la barre est très haute», confie la responsable de l’organisation, Christine Germain.

Plus d’une centaine de bénévoles sont d’ailleurs sollicités cette année. «C’est beaucoup de travail. On ne compte plus les nombreuses heures de bénévolat. C’est ce que ça prend pour être en mesure de toujours nous dépasser», conclut Mme Germain.

Commentaires