/news/currentevents
Navigation
LAC-MÉGANTIC

Lac-Mégantic: le miracle du Sacré-Cœur

Coup d'oeil sur cet article

Il y a de ces faits extraordinaires, inexplicables scientifiquement, qu’on attribue à une puissance divine et qui vous remuent la foi intérieure. Les chrétiens appellent ça des miracles.

Il y a de ces faits extraordinaires, inexplicables scientifiquement, qu’on attribue à une puissance divine et qui vous remuent la foi intérieure. Les chrétiens appellent ça des miracles.

Ces phénomènes sont d’autant plus troublants pour ceux qui ont mis leur foi en veilleuse malgré une éducation judéo-chrétienne rigide datant des années 1950 et 1960.

Je suis de ceux-là.

Même si je porte toujours au cou la croix d’or qui a «protégé» mon défunt père durant ses 30 années de travail dans les mines sous-terraines d’amiante à Thetford-Mines, je suis un catholique non pratiquant qui se pose encore des questions sur la nécessité de tout cela.

Mais il arrive des événements, comme celui de Lac-Mégantic, qui vous secoue le pommier au point de remettre en question vos croyances. Ou celles que vous auriez perdues en cours de route...

50 pots de fleurs

J’étais à l’église Sainte-Agnès hier matin dans laquelle on a érigé un mémorial sous le thème «La voix du cœur».

À l’intérieur (les médias ont eu accès aux lieux en matinée), des citoyens et visiteurs circulaient en silence et s’arrêtaient devant l’autel où sont placés des tableaux placardés de centaines de messages en forme de cœur.

Les gens ne comprennent toujours pas ici pourquoi tout ce malheur a frappé sur une communauté si paisible.

«Qui a dit que la vie était juste», a d’ailleurs écrit une dame prénommée Ginette.

À l’extérieur, des employés des Serres Saint-Élie s’affairaient à placer le nombre symbolique de 50 pots de fleurs sur le parvis de l’église, de même que sur la place du Sacré-Cœur. Ce jardin est dominé par une énorme statue de Jésus, les bras ouverts, et au pied de laquelle, sur le socle, on peut y lire un message prémonitoire : «Cœur de Jésus, sauvez nous».

Demande exaucée

Devant ce lieu de recueillement, les gens discutent dehors sur le sens de la vie, en ayant les yeux rivés juste en face sur le désastre, là où le train d’enfer a causé l’irréparable. Le feu s’est arrêté juste là. Quelques mètres de plus, et l’église, vieille de 100 ans, y passait.

Or, plusieurs paroissiens que j’ai rencontrés sur place, hier matin, m’ont raconté que c’est l’intervention divine, ou plutôt celle du curé Steve Lemay, qui a contribué à sauver ce lieu de culte des Méganticois et Méganticoises de confession catholique.

Une information confirmée par monsieur Lemay lui-même lors d’un entretien avec lui.

Le parc du Sacré-Cœur a servi de pare-feu aux flammes géantes, sauvant l’église de sa disparition.

En fait, dans les minutes qui ont suivi l’explosion, au moment où le centre-ville se désintégrait sous le feu extrême, le jeune curé de 35 ans est sorti du presbytère, est descendu sur la pelouse à côté de la statue et a imploré le Sacré-Cœur de se manifester afin de protéger l’église et d’arrêter tout ce gâchis.

Les bras en croix, il a supplié son Créateur d’exorciser le mauvais sort du centre-ville.

«J’étais seul et c’est la prière qui a jailli, raconte-t-il doucement. Ce n’était pas pour attirer les regards mais, pour moi, la statue représentait un symbole. Il ne fallait pas que ce feu dévastateur franchisse le seuil de la statue. Le Seigneur m’a entendu et je crois qu’il a aussi entendu une foule de paroissiens qui lui avaient manifesté la même demande».

«Notre curé a été exaucé. Appelez ça comme vous voulez, mais pour moi c’est un miracle», mentionne le président de la Fabrique Gérard Fortier.

Le Bien triomphe du Mal

Il faut savoir qu’au-delà du symbole, sur le strict plan matériel, le toit et le clocher de l’église Sainte-Agnès ont été remis à neuf pas plus tard que l’an dernier, au coût de plus d’un million de dollars.

Le tout grâce à la générosité des gens de la place puisque le projet de réfection n’était pas admissible aux subventions gouvernementales. Dans une petite communauté de 6000 habitants comme Lac-Mégantic, on ne récolte pas autant d’argent sans compter sur de nombreux paroissiens convaincus.

Quoi qu'il en soit, le geste du curé Lemay a de quoi donner froid dans le dos. Si la foi transporte les montagnes, elle peut aussi avoir le pouvoir de stopper des feux meurtriers.

À preuve, l’église Sainte-Agnès est encore debout après la tragédie, elle qui s’avère le lieu de rassemblement par excellence des sinistrés, des citoyens et des visiteurs. Elle fait même un pied de nez au train ravageur à quelque 100 mètres de là.

À une époque où la foi vacille, il est bon de savoir que parfois il arrive que le Bien triomphe du Mal.

Concours de circonstances ou miracle? À vous de juger...

Commentaires