/slsj
Navigation

Éviter un autre déluge

Une commission sur la sécurité pourrait prévenir les catastrophes, selon M. Tremblay

Éviter un autre déluge
Photo d’archives Une dizaine de personnes ont perdu la vie en juillet 1996, lorsque des pluies torrentielles se sont abattues sur le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Afin d'éviter une tragédie comme celle du déluge, le maire de Saguenay aimerait mettre sur pied une commission sur la sécurité.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a près 17 ans, le Saguenay-Lac-Saint-Jean connaissait un des pires moments de son histoire, alors que les pluies diluviennes provoquaient un véritable désastre.

Afin d’éviter qu’un tel drame ne se reproduise, le maire Jean Tremblay songe à mettre sur pied une commission sur la sécurité.

Le déraillement du «train de la mort», à Lac-Mégantic, au début du mois de juillet, a poussé le maire Tremblay à réfléchir plus sérieusement à cette idée qui germe dans son esprit depuis quelque temps.

«Il va y en avoir d’autres tragédies dans le monde, on ne peut pas se mentir là-dessus. Il faut être plus prudent dans tout ce que nous faisons. Il ne s’agit pas de répandre la peur, on doit simplement penser à tout», mentionne Jean Tremblay.

Le premier magistrat insiste sur l’importance d’étudier les risques potentiels dans plusieurs secteurs différents. «On doit penser à tout ce qui peut être dangereux. Présentement on surveille étroitement les trains, mais il y a aussi les navires de croisière, le port de Rio Tinto Alcan, le transport routier, les parcs industriels, etc. Il ne faut rien négliger», affirme M. Tremblay.

Responsabilité première

Le maire de Saguenay estime qu’il est primordial de penser à la sécurité des citoyens. «C’est notre responsabilité de réfléchir et de s’assurer que les Saguenéens sont en sécurité. On ne le souhaite pas, mais si jamais ça nous arrive, comme ça a été le cas en 1996, on veut pouvoir dire que le maximum avait été fait pour éviter le pire», soutient-il.

Jean Tremblay est toutefois conscient que créer une commission sur la sécurité à Saguenay n’est pas une tâche simple. «Je ne sais pas encore exactement ce que nous allons faire. D’une catastrophe à l’autre, c’est toujours imprévisible. Il faut y penser avant que ça arrive pour être prêt à toute éventualité», conclut le maire.

Commentaires