/news/health
Navigation
Québec | Urgences

Nombre de médecins suffisant

Coup d'oeil sur cet article

Aucune rupture de services n’est appréhendée dans les urgences du Québec cet été, même si plusieurs hôpitaux auront recours à des médecins dépanneurs pour combler certains horaires de garde.

«Cela se présente bien en général, parce qu’un système de dépannage est en place. Là où des difficultés peuvent survenir, ce sont dans les petites urgences, où il y a peu de médecins pour remplacer les collègues en vacances», note le président de l’Association des médecins d’urgence du Québec (AMUQ), le Dr Bernard Mathieu.

La période estivale demeure une période critique en ce qui a trait à la couverture des services d’urgence.

Le système de dépannage permet de maintenir l’accessibilité dans les établissements aux prises avec une pénurie grave d’effectifs ou des problèmes imprévus, comme la maladie d’un médecin ou un accident, signale la porte-parole du ministère de la Santé, Stéphanie Ménard.

5060 $ par semaine

Cette année, 18 médecins québécois sont inscrits à la banque de dépannage. Du début de juin à la fin de septembre, ils seront en mesure d’offrir un total de 37 semaines de disponibilité.

Chaque semaine de disponibilité est rémunérée à 5060 $ si le médecin n’est pas dépêché dans une urgence en difficulté et à 4365 $ si le médecin se rend dans un établissement, en plus de sa rémunération pour les heures travaillées et ses frais de déplacement.

L’été dernier, la facture s’est élevée à 108 645 $ pour 25 semaines de disponibilité, précise Mme Ménard.

Lui-même médecin dépanneur, le Dr Mathieu affirme qu’ils sont presque toujours appelés à un hôpital ou un autre durant leur semaine de disponibilité.

«On sacrifie une semaine de vacances lorsqu’on donne notre disponibilité. Les médecins d’urgence sont restreints à deux semaines de vacances au maximum l’été», souligne-t-il.

Selon le Dr Mathieu, l’arrivée d’un plus grand nombre de jeunes médecins ces dernières années fait en sorte qu’on évite de plus en plus les bris de services aux urgences, même l’été.

 

Commentaires