/sports/others
Navigation
Cyclisme | Tour de Québec

Noonan se paie l’étape reine

L’équipe BikeReg.com vole le spectacle, Émile Abraham conserve le maillot jaune

Tour de Québec
Photo Kevin Dubé Zack Noonan (au centre) a remporté hier la troisième étape du Tour de Québec à Saint-Augustin-de-Desmaures, devant Douglas Repacholi (à gauche) et Aurelien Passeron (à droite).

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe BikeReg.com a volé le spectacle, samedi, lors de la troisième étape du Tour de Québec à Saint-Augustin-de-Desmaures.

Non seulement William Goodfellow et John Minturn ont été partie prenante de l’échappée de la journée, mais c’est également leur coéquipier Jack Noonan qui a remporté l’épreuve.

Noonan a été le premier à conclure l’exigeante étape reine du Tour de Québec 2013, une course sur route de 143 km, soit 13 tours de 11 km, empruntant à chaque fois la côte Racette. Il a coiffé Douglas Repacholi (Stevens Racing), au sprint final. Aurelien Passeron (Predator Carbon Repair) a complété le podium.

Cette victoire permet à Noonan de se retrouver au troisième rang du classement général, à 15 secondes d’Émile Abraham, qui a conservé le maillot jaune pour une troisième journée grâce à une sixième position. Pierrick Naud (Garneau-Québecor) est deuxième à 13 secondes d’Abraham.

Le pire évité

«Avec trois tours à faire, je me suis retrouvé coincé derrière un coureur qui a brisé sa chaîne, a raconté Noonan. J’ai donc été recalé dans le deuxième groupe. Mon coéquipier Jerome Townsend s’est alors installé à l’avant et a été en mesure de ramener le groupe dans le peloton. S’il ne l’avait pas fait, je ne pense même pas que je me serais battu pour la victoire lors du sprint final. Je dois vraiment cette victoire à mes coéquipiers.

«Après la dernière montée, je me suis dit que j’allais remporter cette course et ce, peu importe la douleur que ça engendrerait. J’ai vu Douglas Repacholi se baisser la tête et foncer et j’ai fait de même avec environ 40 mètres à faire. J’ai gagné, je ne pourrais être plus heureux présentement.»

Abraham en confiance

Sans faire de vagues, Émile Abraham a accompli sa mission, hier, soit celle de ne pas perdre de seconde sur ses plus proches rivaux à l’aube de la dernière étape, aujourd’hui, dans les rues du Vieux-Québec.

D’ailleurs, le Trinidadien a avoué que les treize ascensions de la côte Racette lui ont donné moins de fil à retordre qu’il aurait pensé. «J’avais beaucoup entendu parler de la côte Racette et de la difficulté qu’elle représentait. Par contre, ce genre de bosse est parfaite pour moi. Elle n’était pas assez longue pour me faire mal. J’ai atteint le sommet de la côte en avant du peloton lors de la majorité des tours.»

C’est donc avec confiance en ses moyens et en ceux de ses coéquipiers qu’il se présentera au parc de la Francophonie, à midi, pour la dernière étape, un critérium de 68,4 km. «Je suis dans la meilleure forme de la saison. J’ai 39 ans, mais mes jambes tiennent le coup. Il s’agissait de ma 23e course dans le dernier mois.»

Commentaires