/entertainment/movies
Navigation
Les Schtroumpfs 2

Schtroumpfant, mais pas Schtroumpfissime

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir affronté le méchant sorcier Gargamel à travers les rues de New York dans leur premier opus, les Schtroumpfs débarquent maintenant à Paris pour retrouver leur sœur adorée détenue par le sorcier au long nez.

Après avoir affronté le méchant sorcier Gargamel à travers les rues de New York dans leur premier opus, les Schtroumpfs débarquent maintenant à Paris pour retrouver leur sœur adorée détenue par le sorcier au long nez.

Le vil Gargamel, désormais célèbre magicien se produisant chaque soir à guichets fermés à l’Opéra Garnier, a créé les vilains Vexy et Hackus, deux créatures en tous points semblables aux Schtroumpfs, excepté pour la couleur et les bonnes intentions. Alors qu’il espère que ses deux dernières créations lui permettront d’exploi­ter l’essence magique des Schtroumpfs, il se rend vite compte que seul un vrai Schtroumpf peut lui apporter l’élixir, et décide de kidnapper la jolie Schtroumpfette.

Le Grand Schtroumpf, le Schtroumpf mala­droit, le Schtroumpf grognon et le Schtroumpf coquet vont faire tout leur possible pour retrouver leur sœur bien-aimée.

Forts du succès du premier opus (600 millions $ au box-office mondial), le réalisateur Raja Gosnell (Scooby-Doo, Le chihuahua de Beverly Hills) et le producteur Jordan Kerner (Inspecteur Gadget, Georges de la jungle) se sont à nouveau réunis pour le deuxième hybride d’animation.

Au niveau de la distribution, on retrouve Hank Azaria dans la peau du perfide Gargamel, Neil Patrick Harris dans le rôle du gentil Patrick Winslow et Jayma Mays qui incarne sa compagne dévouée.

L’intrigue suit toujours le voyage des Schtroumpfs depuis leur petit nid douillet dans les bois, et l’alliance entre humains et Schtroumpfs dans la lutte contre les forces du mal, personnifiées par l’immonde Gargamel.

Un Dark Vador bleu

Destiné aux 5 à 10 ans, Les Schtroumpfs 2 déborde de gags et de cascades qui raviront les plus petits. Mais si l’intrigue suit les mêmes balises que celles établies dans le premier opus, l’histoire, elle, adopte une nouvelle dimension en explorant le côté obscur de la Schtroumpfette (doublée par Marie-Mai pour le Québec).

Au début du film, nous assistons au cauchemar récurrent de la Schtroumpfette, dont le véritable père est Gargamel. Ce traumatisme, qui s’accentue chaque année le jour de son anniversaire, va conduire la petite blondinette à entamer un profond questionnement sur sa véritable identité, et même amorcer une lutte intérieure entre le bien et le mal.

Quelques bleus

Malgré les effusions de magie en tout genre, Les Schtroumpfs 2 reste trop ancré dans le réel. Certains clins d’œil sont sympathiques, comme Azraël, le maléfique chat, qui possède une page Facebook, et peu «chatter» à souhait avec ses amis, ou Gargamel qui s’extasie devant le fabuleux «effet glissant» d’une tablette tactile, mais on aurait aimé plus de féerie, un écho plus poussé de l’univers de Peyo et une immersion plus profonde dans le charmant village de champignons.

L’animation est, encore une fois, très aboutie, les expressions faciales d’Azraël sont bluffantes, mais la 3D pèche encore avec des arrière-plans trop flous.

Commentaires