/news/health
Navigation
Hôpitaux et CHSLD à Québec

Des milliers d’abus

1030 cas recensés pour dans la région entre le 1er avril 2012 et le 31 mai 2013

hôpital
© Les archives Simon Clark Dans la région de Québec, un peu moins de la moitié des cas d’agression ont lieu à l’Institut Universitaire en santé ­mentale et au Centre de réadaptation en santé mentale.

Coup d'oeil sur cet article

Près de trois patients par jour vivent un abus, une agression ou du harcèlement dans les hôpitaux de la région de Québec.

Près de trois patients par jour vivent un abus, une agression ou du harcèlement dans les hôpitaux de la région de Québec.

Chaque année, les hôpitaux et les CHSLD du Québec font face à des milliers de cas d’abus, d’agressions et de harcèlement perpétrés par des patients.

Pour la seule région de Québec, 1030 cas du genre, touchant des aspects physiques, psychologiques, verbaux et sexuels, se sont produits durant la période du 1er avril 2012 au 31 mars 2013. 

Si certains endroits ont un dossier pratiquement vierge, d’autres accumulent les incidents et les accidents à la dizaine, voire à la centaine. Le Centre hospitalier universitaire de Québec (CHU) ne donne pas sa place dans ce palmarès: 83 événements se sont déroulés durant cette période.

«Il y a une fluctuation du nombre des déclarations», a souligné Pascale Saint-Pierre, la porte-parole du CHU, avouant toutefois que le nombre était élevé, principalement lorsque comparées à celles de la région. 

Des endroits marqués 

Le CHU demande d’ailleurs à ses employés de divulguer sans attendre les incidents à la direction. «Déclarer, c’est important. L’objectif n’est pas de taper sur les doigts. Pour nous, c’est important d’identifier nos vulnérabilités en ce qui a trait à la sécurité des patients pour pouvoir intervenir. C’est un défi quotidien, mais l’objectif est d’éliminer la récidive», a soutenu Mme Saint-Pierre, convenant qu’il est difficile d’éviter tout événement malencontreux avec 1800 lits dans leurs hôpitaux. 

L’institut Universitaire en santé mentale de Québec et le Centre de Réadaptation en déficience intellectuelle de Québec remportent la palme avec un peu moins de la moitié des cas à eux seuls. Cependant, des CHSLD et des CSSS démontrent des statistiques alarmantes.

Au CSSS de la Vieille-Capitale, 163 incidents ou accidents, notamment des abus, des agressions ou du harcèlement ont eu lieu à l’établissement. Le CHSLD Côte du Jardin a été le théâtre d’une quarantaine de cas l’an dernier. 

Deux rapports par année

Tous les six mois, l’Institut national de la santé rend publiques des données concernant les incidents qui sont survenus dans les établissements, et ce, partout en province. À la lumière de ces informations, on remarque que les abus, les agressions et les cas de harcèlements entre patients sont monnaie courante dans les établissements de santé de la région de Québec. D’un bilan à l’autre, les chiffres demeurent relativement stables.

«Au-delà d’une saine transparence, l’objectif de cette démarche est de documenter de la façon la plus précise possible les événements indésirables qui surviennent en milieu de soins. Je suis convaincu que cette démarche est la meilleure façon de prévenir les problèmes rencontrés», avait indiqué Réjean Hébert, le ministre de la Santé, lors de la diffusion du plus récent rapport en juin.

Commentaires