/sports/others
Navigation
Cyclisme | Granfondo

Un Costaricain increvable

Paolo Montoya termine premier tout juste après avoir participé à la Coupe du Monde de vélo de montagne

Paolo Montoya
© Photo Karl Tremblay Le Costaricain Paolo Montoya (à droite) a réussi à se faufiler deux dixièmes de seconde devant Jérôme Fradette de Victoriaville, hier, pour terminer premier du Granfondo Garneau-Cascades.

Coup d'oeil sur cet article

Un spécialiste du vélo de montagne, Paolo Montoya, s’est permis une victoire sur route lors d’un sprint effréné, dimanche, dans le cadre de la 5e édition du Granfondo Garneau-Cascades présenté par Québecor.

Pourtant, le Costaricain de 28 ans, un technicien du cross-country, avait participé cette semaine à la Coupe du Monde de vélo de montagne au Mont-Sainte-Anne. Il a réussi à se faufiler deux dixièmes de seconde devant Jérôme Fradette de Victoriaville.

Chute

Celui qui avait terminé 32e à l’épreuve de cross-country VTT, lors des derniers Jeux olympiques de Londres, a trouvé l’épreuve amusante.

«Ç’a été difficile dans les trois derniers kilomètres, mais avec un petit groupe, on a réussi à se détacher et j’ai gagné au sprint», a mentionné l’homme originaire de la ville de Alajuela, commandité par Louis Garneau.

«J’ai couru cette semaine à la Coupe du monde et un ami m’a parlé de la course de mon commanditaire, alors j’ai décidé de participer et j’ai gagné», a-t-il rigolé.

Une chute massive du peloton à la mi-course a provoqué de petits bobos à certaines personnes. Louis Garneau s’est notamment amoché le petit doigt durant l’incident. Il n’était pas tombé depuis les Jeux olympiques de 1984.

«C’était très nerveux au début, ça roulait 55 km/h. À l’avant, ça s’est fermé. Il y avait un mur, j’ai freiné et je me suis fait rentrer dedans par deux gars», a-t-il relaté. Au moins 25 personnes sont tombées lors de l’accrochage.

Généreux et gros calibre

Il a avoué que David Veilleux a été très généreux.

«Il m’a attendu, sinon il aurait gagné. Il a décidé de nous remonter. J’ai appris une leçon de pro. Il nous a traînés avec lui comme au Tour de France, a expliqué M. Garneau qui a terminé 6e à 55 ans. On a réussi à remonter le peloton, mais à un kilomètre de la fin, les gars m’ont distancé. Les 5 premiers, ce sont des coureurs, des vrais. Je pourrais être leur père.»

De son côté, David Veilleux a admis que le calibre était excellent, mais qu’il était ici afin de partager un beau moment avec le monde.

«Je le savais, je suis venu ici pour le plaisir et rouler en groupe. À la fin, j’ai aidé le monde en ramenant le sprint et je suis resté avec Louis. Ç’a roulé rapidement toute la journée, ç’a été une bonne journée», a-t-il indiqué, convenant qu’il y avait du potentiel à l’intérieur du groupe.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.