/sports/others
Navigation
Ironman

Un ambassadeur émerge pour Limoilou

Pierre-Yves Gigou vise la victoire au Ironman d'Hawaii

Pierre-Yves Gigou
Photo courtoisie À la suite de sa victoire à Mont-Tremblant dimanche, Pierre-Yves Gigou espère remporter la classe amateur des 25-29 ans au prochain Ironman d’Hawaii.

Coup d'oeil sur cet article

L’un des secrets les mieux gardés de Limoilou vient d’éclater. Depuis sa victoire de dimanche au Ironman de Mont-Tremblant, Pierre-Yves Gigou possède sans opposition le titre d’athlète le plus en forme du quartier!

Meilleur Québécois de l’épreuve en 9 h 12 m 44 s, ce Français d’origine et maintenant de citoyenneté canadienne a remporté la classe des 25-29 ans, terminé deuxième chez les amateurs et mérité sa qualification pour le prestigieux Ironman d’Hawaii, le 12 octobre.

«Désolé, je dormais», s’est excusé l’athlète de 26 ans pour expliquer son délai à nous rappeler durant la journée de mardi.

Plus difficile qu’en 2012

On s’est rallié. Gigou récupère de cette folle compétition qui consiste à franchir 3,8 kilomètres de natation, 180 à vélo et 42,2 à la course à pied. Entraîneur adjoint avec le club de triathlon du Rouge et Or de l’université Laval, il a démontré qu’il n’était pas un feu de paille puisqu’il avait été le plus rapide chez les amateurs, l’an dernier, se permettant même d’entrer sixième au classement général grâce à son chrono de 9 h 6 m.

«En raison de la chaleur et de l’humidité, je savais déjà à la moitié du parcours que ça allait être une journée difficile. À partir du 30e kilomètre à la course à pied, j’ai eu des crampes et j’ai dû m’arrêter quelques fois pour m’étirer. Il a vraiment fallu que je puise jusqu’au fond de moi», raconte-t-il au sujet de l’événement de dimanche.

Encouragé

Originaire de Vendôme dans le département de Loir-et-Cher, Gigou a émigré à Sherbrooke il y a six ans pour des études universitaires, où il a obtenu une maîtrise en physiologie de l’exercice. Il y a trouvé également l’amour et a déménagé à Québec en juin 2012.

Soulagé de sa qualification pour Hawaii, il pourra ainsi tenter d’améliorer ses résultats des deux dernières années. Quatrième de la classe des 18-24 ans en 2011, il avait terminé sixième chez les 25-29 ans en 2012.

«Ceux qui m’avaient battu à Hawaii étaient âgés de 28 et 29 ans, l’an dernier», s’encourage-t-il en vue de la prochaine édition.

Chez les pros

Au retour d’Hawaii, Gigou se penchera sur l’étape suivante, celle d’entrer chez les professionnels, là où il pourra plus que jamais assouvir le dépassement de soi associé à ce sport et qui décrète que «le jour de la course, tu ne peux pas te cacher».

«Ce sera le défi d’être au coude à coude avec les meilleurs au monde. Chez les amateurs, quand j’ai fait 40 kilomètres à vélo, il n’y a déjà plus personne avec moi. Chez les pros, ce n’est pas du tout la même dynamique de course. Ils roulent à fond tout le long. Si tu lâches prise, c’est presque fini pour toi.»

Passer au statut pro ne se fait pas sans effort. Pour espérer améliorer ses rythmes de 38 kilomètres à l’heure à vélo et de 4 m 30 s par kilomètre à la course à pied, des heures et des heures de plaisir s’annoncent.

Commentaires