/sports/golf
Navigation
Golf

De retour au bercail

Sara-Maude Juneau
Photo les archives, AFP La victoire de Juneau lui donne beaucoup d’espoir, alors qu’elle espère retourner sur le circuit de la LPGA.

Coup d'oeil sur cet article

La saison de golf de la LPGA me fait voyager un peu partout, mais, cette semaine, je suis de retour chez moi en vue de l’Omnium canadien CN, au club de golf Royal Mayfair, à Edmonton.

La saison de golf de la LPGA me fait voyager un peu partout, mais, cette semaine, je suis de retour chez moi en vue de l’Omnium canadien CN, au club de golf Royal Mayfair, à Edmonton.

Après avoir profité de quelques semaines de congé, celle-ci est pas mal occupée pour moi. Étant Canadienne, les journalistes locaux ont plus d’intérêt à me parler que lorsque c’est aux États-Unis. Ceci fait partie du métier. Lorsqu’on joue aux États-Unis et que les journalistes ne parlent qu’aux joueuses américaines, ces dernières vivent la même chose. Cette fois, c’est mon tour!

Évidemment, c’est toujours particulier de participer à l’Omnium canadien. Qu’on le veuille ou non, nous sommes toujours les favorites de la foule. Toutefois, je ne m’impose pas de pression supplémentaire puisque j’en serai à ma quatrième participation à ce tournoi. Lors des trois premières, j’ai raté la coupure de peu. Je compte bien me reprendre cette année.

Terrain impeccable

De tous les voyages que j’ai faits au niveau amateur, j’ai eu la chance de me promener un peu partout au Canada, sauf en Alberta. C’était la première fois que j’y mettais les pieds, cette semaine. C’est plaisant de découvrir une nouvelle place et un nouveau terrain. J’ai d’ailleurs adoré le Royal Mayfair: les conditions sont impeccables. Ce sera un bon test de golf, car les verts sont très rapides.

D’ailleurs, je serai accompagnée d’un nouveau caddie pour la durée de l’Omnium canadien. Doug est un ami à moi et je le connais depuis longtemps. Il est très enthousiaste et moi aussi.

Pas peur d’être rouillée

Même si je n’ai pas participé à un tournoi de la LPGA depuis un mois, je n’ai pas peur d’être rouillée lorsque je prendrai le départ cet après-midi à 14 h 35, heure du Québec.

Au contraire, je suis restée à Orlando tout ce temps pour me concentrer et mettre les bouchées doubles afin de me préparer pour les deux derniers tournois de l’année. Je suis contente, je me sens bien, car j’ai réussi à me reposer.

D’avoir pris une pause m’a fait du bien. La compétition, ça ne se perd pas. Je n’ai pas joué de rondes de compétition depuis quelques semaines, mais avoir perdu mon instinct compétitif.

De plus, mon jeu se porte bien. J’ai eu l’occasion de voir mon entraîneuse à plusieurs reprises. J’ai fait les efforts nécessaires. Par contre, ce n’est pas parce que j’ai pratiqué que ça va nécessairement bien aller. J’ai toutefois mis les chances de mon côté. Je débuterai le tournoi cet après-midi avec deux joueuses que je connais et je pense vraiment que ça va être plaisant.»

Coupe Solheim et Olympiques

Pendant ma pause, j’ai également pris le temps de regarder la Coupe Solheim.

J’ai beaucoup aimé le spectacle. Ce qui me désole un peu lorsque je regarde cette compétition entre les Américaines et les Européennes, c’est que, nous, les Canadiennes, on n’aura jamais la chance d’y participer. Par contre, en me mettant à leur place, cela a vraiment dû être une belle expérience.

J’ai eu ce genre de chance en 2010 lorsque j’avais représenté le Canada au Championnat du monde amateur, en Argentine. De pouvoir représenter son pays, c’est vraiment quelque chose dont tu te souviens. Maintenant que le golf sera aux Olympiques, c’est un objectif pour nous. De voir la Coupe Solheim m’a simplement motivée afin de représenter mon pays à Rio de Janeiro, en 2016.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.