/travel/destinations
Navigation
Vacances | Nevada

Une destination golf à découvrir

Coup d'oeil sur cet article

MESQUITE, Nevada – À un peu plus d’une heure de l’agitation de Las Vegas, se cache dans le désert une petite ville dynamique de 17 000 habitants, Mesquite.

Au-delà de ses traditionnels casinos, celle-ci fait lentement mais sûrement sa marque auprès des touristes golfeurs désireux de sortir des destinations classiques pour affronter, à coût raisonnable, de nouveaux défis golfiques dans un environnement original. En voici quelques-uns.

WOLF CREEK, CAMÉRA ET ACTION!

Si vous êtes prêt à vivre une ronde de golf mémorable, alors dirigez-vous d’abord vers Wolf Creek, équipé de votre appareil photo. Car la vue d’ensemble du terrain est impressionnante. D’ailleurs, il est tout à fait habituel de voir les golfeurs, au tertre de départ, sortir d’abord leur caméra avant de s’emparer de leur driver.

Ce parcours, niché dans des canyons spectaculaires au nord-est de la ville de Mesquite, constitue en fait une expérience unique pour tout golfeur désirant mettre son talent à rude épreuve.

Wolf Creek dispose en effet d’une topographie à faire peur au plus hardi des golfeurs. D’ailleurs, son slogan officiel «I survived» (j’ai survécu) dit tout! Pour les connaisseurs, soulignons que le «slope», à partir des tertres de départ les plus éloignés, est de 154!

Aucun coup erratique ne vous sera pardonné sur ce terrain classé 37e parmi les 100 meilleurs parcours publics en Amérique. Une erreur et votre balle rebondira sur les rochers ceinturant le parcours avant de s’évanouir dans les ravins et les cavernes rappelant jusqu’à un certain point les paysages montagneux de l’Afghanistan... Il est fortement conseillé d’avoir avec soi une bonne provision de balles!

En attendant de vivre le défi sur place, vous pouvez toujours tester le parcours au préalable sur un écran d’ordinateur, car les créateurs du jeu vidéo «Tiger Woods PGA Tour» l’ont inclus parmi les célèbres terrains de golf proposés.

COYOTE SPRINGS, AU MILIEU DE NULLE PART

Créé en 2008, le club de golf Coyote Springs est érigé au pied des canyons, sur un territoire isolé situé à mi-chemin entre Las Vegas et Mesquite.

Cet endroit devait être un nouveau «Palm Springs» fleurissant au cœur du Nevada. Hélas, cela ne s’est pas encore concrétisé... Comme ailleurs dans l’Ouest américain, la récession a affecté durement la région et freiné son développement. Il est d’ailleurs le seul parcours de golf, sur les huit prévus, ayant vu le jour jusqu’à maintenant.

Malgré un club-house – sans doute temporaire – où il n’y a aucun confort, c’est tout un parcours de golf! Le terrain de 7471 mètres, à partir des tertres de départ de compétition, est entouré par onze lacs et constitue une des belles réalisations de Jack Nicklaus dans une zone aussi désertique.

Conçu pour être ceinturé par un grand domaine résidentiel, qui n’est encore qu’une vue de l’esprit, son architecture oblige de rouler longtemps entre chaque tertre de départ, particulièrement sur les derniers neufs trous.

La première partie du parcours exige énormément de précision. Cela peut être frustrant pour le long frappeur car c’est plein de pièges cachés à l’intérieur des canyons. Le trou le plus mémorable est, à mon sens, le deuxième par 5.

Les neuf trous de retour ont été pensés d’une manière plus classique, permettant de relâcher un peu son stress.

Pour ceux qui aiment fouler au préalable le champ de pratique, celui de Coyote Springs mesure près de 100 000 pieds carrés et son vert, 10 000 pieds. Pas de quoi se marcher sur les pieds entre golfeurs!

CONESTOGA, UN DÉFI POUR BON GOLFEUR

Assez ondulé à travers les canyons et astucieusement entrelacé dans les reliefs spectaculaires de Mesquite, le parcours du Conestoga Golf Club donne l’impression, à première vue, de jouer au golf sur Mars, surtout au départ des premiers trous.

Si votre handicap est assez élevé, un conseil: faites votre plein de balles et relaxez en admirant le panorama tout simplement magnifique. Car le terrain est brutal si vous ne frappez pas droit et à bonne distance.

Et si le vent du désert se met de la partie, comme c’est l’habitude en fin d’après-midi, alors adieu le bon score!

Les verts, d’une qualité exceptionnelle, sont très bien protégés par de nombreuses fosses de sable et, à l’occasion, par des lits de rivières séchées. La qualité de vos coups d’approche sera mise à rude épreuve. Et votre partie risquera de dépasser les temps réglementaires...

SAND HOLLOW, UN PARCOURS DE RÊVE

De Mesquite, la route menant au terrain de golf de Sand Hollow, situé à 15 minutes de la ville de St. George, dans le sud de l’Utah, est tout simplement spectaculaire, surtout dans la portion traversant les canyons qui serrent la route de près.

Il faut compter une bonne heure pour s’y rendre et ne pas oublier d’avancer sa montre d’une heure car on entre dans un autre fuseau horaire. Sinon, on risque de rater le temps de départ.

Le parcours est aménagé à proximité de l’entrée ouest du parc national de Zion qui, avec celui de Bryce Canyon, constituent des merveilles de la planète à voir une fois dans sa vie. Une visite des lieux s’impose si le temps le permet.

Sand Hollow est un terrain à inscrire absolument sur votre liste. Tout est impeccable: du club house au parcours, qui est dans un état irréprochable, sans compter un point de vue à couper le souffle sur 360 degrés, particulièrement sur les neuf derniers trous.

Le terrain long de 7300 verges profite pleinement de la beauté naturelle de la région et constitue un heureux mélange panoramique d’un golf Links et d’un paysage désertique. À moins d’être dans un de vos mauvais jours, vous pouvez y faire un bon pointage, quoique les immenses fosses de sable rouge, placées dans des endroits stratégiques, peuvent gâcher parfois vos tentatives d’oiselet.

LA MECQUE DES LONGS COGNEURS

Le climat sec et chaud de la région de Mesquite est propice à de longs coups de golf. Ce n’est pas pour rien que le réseau spécialisé «Golf Channel» y organise l’événement annuel du «World Long Drive Championship», comme ce sera le cas du 18 au 27 septembre.

Lors de notre passage sur le terrain spécialement aménagé à cet effet, en banlieue de Mesquite, nous avons pu nous mesurer au plus long frappeur du Nevada qui s’était déplacé pour la circonstance.

Le meilleur d’entre nous a réussi un coup de départ long de 313 verges. Ce qui n’est pas rien, en conviendront les golfeurs d’expérience. Notre champion, lui, a poussé sa balle à une distance de 417 verges! Une manière pour nous de rentrer au bercail, plus humbles que jamais.

– Ce reportage a été rendu possible avec l’appui de Gendron Golf.

 

Commentaires